Algérie

boy-1454054_1280_edited.png

En résumé ...

Moins connus que d'autres sites antiques de l'époque romaine, les édifices romains visibles aujourd'hui en Algérie sont pourtant tout aussi intéressants et nettement moins fréquentés par les touristes, ce qui vous permettra d'en jouir paisiblement, sans être bousculé par l'afflux de visiteurs sortant d'autocars bondés. La nature y est somptueuse, depuis les plaines verdoyantes du Tell, les rivages de la Méditerranée et jusqu'au désert du Sahara, les hauts plateaux de l'Atlas ou encore le massif du Hoggar. 
De plus, l'Algérie compte plusieurs sites classés au patrimoine de l'Unesco : la Kalaa (forteresse) des Beni Hammad, les peintures préhistoriques de Tassili n'Ajjer, les vestiges romains à Timgad, Djemila et Tipasa, la vallée du M'Zab avec ses cinq villages fortifiés et pour terminer la Casbah d'Alger.


Évitez les mois d'été: il y fait très chaud, sauf si vous restez au bord de la mer Méditerranée. Pour se rendre à l'intérieur du pays, les mois de novembre et de mars sont les plus indiqués, car à ces époques, les écarts de température entre la nuit et le jour sont les moins violents.
Tout en jouissant d'un magnifique rivage méditerranéen, ce pays est resté à l'écart du tourisme de masse et a su préserver ses côtes des immeubles et du béton. Il regorge de vestiges allant de la préhistoire au règne ottoman en passant par la période romaine. On y trouve encore des populations vivant dans les habitations traditionnelles en terre organisées en hameaux fortifiés à l'abri des minarets, comme si rien n'avait changé depuis des milliers d'années. 

CAPITALE         SUPERFICIE         LANGUE(S) OFFICIELLE(S)          POPULATION  

  Alger          2,382 millions km²                 arabe                                    43,85 millions

Destinations populaires

Alger.png

Alger

Alger la Blanche, ou Alger la Joyeuse comme on la surnomme, est la capitale de l’Algérie. Située au bord de la mer méditerranée, la ville donne son nom à la wilaya dont elle est le chef-lieu.

 

Ville en pleine expansion urbaine, capitale de la culture arabe en 2007, Alger se veut une métropole méditerranéenne ouverte sur le reste du monde. Alger, c’est également la Casbah, la vieille ville précoloniale classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Située au cœur de la ville, la Casbah reste une référence architecturale avec ses ruelles et ses joyaux d’art mauresque qui se mêlent aux immeubles haussmanniens, vestiges de l’époque coloniale.

Oran.png

Oran

 

Oran est une ville portuaire au nord-ouest de l'Algérie. Elle est considérée comme le berceau de la musique raï. Le fort de Santa Cruz, une citadelle ottomane reconstruite par les Espagnols, se trouve au sommet du mont Murdjadjo ; il offre une vue sur la baie en contrebas.

 

La chapelle Notre-Dame de Santa Cruz, aux murs blanchis, se trouve à proximité. Elle fut érigée en l'honneur de son homonyme après une épidémie de choléra. À la Blanca, la vieille ville turque, se situe la mosquée Hassan Pacha. Cette dernière est dotée d'un minaret octogonal.

gardhaia.png

Ghardaïa

Dès sa fondation, la ville a eu une vocation commerciale et a donné son nom par extension à la pentapole. C'est pourquoi on y trouve tous les services (transports, commerces, hébergement...) dans une Ghardaïa nouvelle poussée hors des remparts, le long de l'oued M'Zab. Longeant l'oued M'Zab, on entre dans Ghardaïa par une large avenue bordée sur un côté d'arcades sous lesquelles s'abritent quantité d'ateliers mécaniques. Après le centre commercial marqué par les trois rues principales (rue Emir-Abdelkader, rue du 1er-Novembre et rue Ahmed-Talbi), il faut passer une porte ouverte dans l'axe de la rue Emir-Abdelkader pour déboucher sur la vaste place du marché bordée d'arcades chaulées. Puis, sur la gauche, il faut passer sous une porte ouverte dans la plus grande longueur de l'esplanade pour pénétrer dans la " vieille " Ghardaïa.

 

L'atmosphère change tout à coup. La lumière, rendue moins agressive par la proximité ocre des murs, laisse entrevoir les vieillards qui surveillent la rue du seuil d'une minuscule boutique, les enfants qui se faufilent entre mobylettes et ânes chargés de provisions ou de gravats d'une rénovation et les silhouettes blanches et anonymes des femmes pressent le pas avant de disparaître. Au fur et à mesure de l'ascension, les rues sont de plus en plus étroites et tortueuses, se transformant parfois en véritables escaliers. Certaines d'entre elles sont des impasses desservant plusieurs foyers. Par les portes basses laissées ouvertes mais voilées par un rideau, on entend sans jamais pouvoir y glisser un oeil indiscret, la vie des familles.

Kabylie.png

Kabylie

La Kabylie est une région ethnolinguistique située au nord de l’Algérie, entre mer et montagne. Dénuée d’existence administrative globale, la Kabylie, qui tient son nom des Kabyles, une population berbère du Maghreb, revendique plus d’autonomie et s’est heurtée à de nombreuses reprises au refus de l’administration algérienne.

 

La Kabylie englobe 7 des 48 wilayas qui composent l’Algérie, ce qui représente près de 6 millions d’habitants.

constantine.png

Constantine

 

Constantine, « la ville des ponts suspendus », est l’une des plus vieilles villes du monde. Chef-lieu de la wilaya de Constantine, au nord est de l’Algérie, c’est la troisième ville d’Algérie en terme de population. Symbole de la culture arabo-andalouse, Constantine est également un centre culturel, architectural et industriel important avec deux universités à son actif, dont l’université des Sciences Islamiques de Constantine, l’université la plus importante d’Algérie.

Tlemcen.png

Tlemcen 

 

La légende dit que Tlemcen fait partie des 7 villes qui survivront jusqu’à la fin du monde. Tlemcen vient de Tilimsane, qui signifie source en berbère. Elle est surnommée la ‘Perle du Maghreb’.

Adossée aux collines boisées de Lalla Setti, Tlemcen domine la plaine d’Hennaya. Incontournable : le Parc National de Tlemcen.

Classé en 1993, il abrite d’importants vestiges archéologiques et des sites féériques à visiter absolument : La mosquée de Sidi Boumediene, les cascades et les falaises d’El- Ourit, les grottes de Beni-Add, le Méchoir, le Plateau de Lalla Setti… Tlemcen recèle un riche patrimoine historique et architectural qu’il faut découvrir à tout prix

sahara algerien.png

Sahara algérien

 

Le Sahara algérien est une véritable destination de rêve pour un voyage, et la promesse d’un dépaysement total. En effet, c’est une région qui regorge de paysages naturels surréalistes, et qui est riche de millénaires d’histoire et de culture dont les traces sont encore là jusqu’à aujourd’hui. 

Le Sahara couvre la majorité du territoire algérien. Ce n’est pas qu’une mer de dunes de sable comme on a tendance à l’imaginer. Le Grand Sud algérien alterne entre paysages volcaniques (massif du Hoggar) et lunaires (Tassili N’Ajjer), plaines de pierres et (les Regs) et plaines de sable (les Ergs) d’où jaillissent parfois de superbes oasis.

tamanrasset.png

Tamanrasset

 

Musée à ciel ouvert, Tamanrasset est située dans l’extrême sud de l’Algérie (2000 km d’Alger). Avec une superficie d’environ 540 000 km2, le massif du Hoggar ou l’Ahaggar est dominé par une sorte de plateau baptisé l’Atakor. Le Hoggar est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Trois sommets dominent cette région : Le Tahat (3300 m), l’Ilamane (2780 m) et l’Assekrem (2788 m). Le panorama volcanique du Hoggar est l’un des plus beaux au monde. Gravures rupestres, monuments funéraires, paysages lunaires, ses gueltas aux eaux limpides, Tamanrasset, capitale du Hoggar, offre aux visiteurs un dépaysement total.

La découverte de Tamanrasset comporte plusieurs escales qui en valent le détour.