INDE

Dernière mise à jour : 29 nov. 2021




Bon à savoir

L’Inde peut parfois avoir tendance à submerger les voyageurs, c’est un pays grouillant d’activité et qui peut parfois dérouter. Il vous faudra du temps pour vous acclimater à l’énergie frénétique de ce pays particulier et apprendre à rester en bonne santé, en sécurité et sain d’esprit. Cependant, bien que l’Inde ne soit pas le pays le plus facile à visiter, c’est aussi un des plus enrichissants. Il offre des panoramas uniques au monde et vraiment remarquables. Il propose aussi une nourriture délicieuse, une nature incroyable et des gens charismatiques, ainsi qu’un héritage culturel très intéressant à découvrir.
Alors, pour vous aider à profiter au maximum de votre séjour en Inde, voici quelques conseils astucieux que vous devriez connaître avant de partir.

INFOS PRATIQUES AVANT DE PARTIR


Formalités pour partir en Inde :
  • passeport valide pendant au minimum 6 mois après le retour prévu, et disposant de 3 pages vierges (dont 2 face à face) ;

  • visa :

  • e-Tourist visa (séjours jusqu'à 90 jours ; entrées multiples possibles) ;

  • ou Regular Visa (visa à entrées multiples, et qui permet aussi de demander les permis spéciaux pour le Sikkim).

Les changements de règles pour l'obtention d'un visa pouvant intervenir à tout moment, il est fortement recommandé de consulter le site de VFS.



Langues officielles

L’Inde n’a pas de langue nationale. Vingt-deux langues sont répertoriées dans la Constitution indienne comme langues officielles dont entre autres l’hindi, l’anglais, le marathi, le bengali (Bengale occidental) et le tamoul (Tamil Nadu).

Cependant, l'article 343 stipule que l'hindi écrit en script devanagari et l’anglais sont les deux langues officielles de l’Union indienne (c’est à dire du gouvernement national) qui sont principalement utilisées dans les communications avec les Etats de l’Union indienne. Mais, ces derniers peuvent aussi se servir de leur langue officielle locale lors des sessions parlementaires.




Electricité :

Vous partez en voyage en Inde? Vérifier si vous aurez besoin d’un adaptateur électrique ou d’une multiprise de voyage.

  • Adaptateur électrique: Oui

  • Prise: Type C / D / M

  • Voltage: 230 V

  • Fréquence: 50 Hz

Voltage et fréquence

Le voltage et la fréquence en Inde sont les mêmes qu’en France (230 V, 50 Hz). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils.

Les prises électriques

En Inde ont utilise des prises de type C / D / M. Prise type C peut être utilisée aussi avec la fiche mâle E et F. Pour la prise de courant D vous aurez besoin d’un adaptateur. Pour la prise de courant M vous aurez besoin d’un adaptateur.

Type C: marche aussi avec la fiche mâle E et F

Type D: marche aussi avec la fiche mâle M

Type M



Monnaie & change

En Inde, la devise en rigueur est la roupie indienne. Comme l'euro, elle se divise en cent unités, appelées les paisa. Elle est communément écrite avec l'abréviation INR. Sous l'influence politique, la roupie équivaut aujourd'hui à 0,0128 EUR. A l'inverse, 1 euro est égal à 78,33 roupies. Alors, avec 150 EUR, vous obtenez 11 749 roupies.

Cette monnaie est distribuée sous la forme de billet (5, 10, 20, 50, 100, 500, 1 000 roupies). En fonction de sa valeur, il prend une apparence différente. Ainsi, la taille, la couleur et les dessins changent. Vous trouvez dessus des dessins d'animaux, ainsi que de personnalités importantes. La valeur est inscrite en 15 langues différentes. Au recto, elle est lisible en anglais et en hindi.

Quant aux pièces, elles sont également disponibles en plusieurs valeurs : 5, 10, 20, 25 et 50 paisa, 1, 2, 5 et 10 roupies. Fabriquée en aluminium, en acier ou en laiton, elles affichent l'emblème de l'Inde.


COMMENT OBTENIR LA MONNAIE D'INDE ?

Pour obtenir vos roupies indiennes, il n'y a rien de plus simple : aller à la banque. En France, vous pouvez faire une demande pour convertir quelques euros en roupies. La démarche est très simple, si vous vous adressez à votre organisme bancaire francais. Il faut tout de même attendre quelques jours avant que les billets ne soient rassemblés par votre banque. Une fois cela fait, vous pouvez partir en voyage en Inde !


Vous pouvez aussi attendre d'être sur place. En effet, des bureaux de change et des distributeurs automatiques sont à votre disposition dans les aéroports. Le mieux est encore d'utiliser le distributeur. Il est souvent possible de changer la langue pour le francais ou l'anglais. La transaction est alors plus aisée. En passant par ce biais, il faut prévoir un taux de change plus important qu'auprès de votre banque.


En ville, vous trouvez facilement des distributeurs automatiques. Ils sont souvent situés à l'intérieur des banques. Cela vous permet de retirer de l'argent à n'importe quel moment. Toutefois, il faut vérifier que le distributeur accepte votre carte bancaire. Si vous avez une carte Visa ou MasterCard, vous ne devriez pas rencontrer de problème. Il faut également prendre en compte que les petites villes ne possèdent pas toute une banque avec un distributeur. Quand elles en ont un, les retraits peuvent être limités.


COMMENT PAYER EN INDE ?

Chaque Francais est habitué à payer en carte bancaire. Toutefois, ce n'est pas encore le cas dans les villages et les petites villes. En plus de cela, la carte bancaire n'est généralement pas acceptée en-dessous d'un certain seuil. Il faut donc toujours avoir de l'argent liquide sur vous, si vous souhaitez payer un ticket de transport ou acheter de quoi grignoter dans une boutique. Avoir des billets peut donc vous êtes d'une grande aide.


Les paiements par carte bancaire sont plus courants dans les grandes villes. Vous pouvez notamment payer vos nuits dans un hôtel ou votre repas dans un restaurant indien. Ces établissements destinés aux voyageurs sont tout aussi modernes que le reste du monde.



Circuler en Inde


En Métro : A Delhi, le nouveau métro est très efficace, rapide, pas cher, mais parfois bondé. Le train local de Mumbai, qui fait office de métro, est impraticable aux heures de pointes, mais peut être pratique pour de longues distances à l'intérieur de la ville en dehors de ces heures-là.




En avion : Rapide, pas trop cher. Mais les pilotes et leur formation laissent grandement à désirer... De plus on ne voit rien de l'Inde. A utiliser en cas d'urgence ou si on a pas d'autres solution (trains complets), mais sinon autant se faire un documentaire à la maison que de voyager comme ça en Inde. A lire avant d'acheter un billet d'avion en Inde: Article "Foreign Hand In Indian Skies" sur les problèmes de sécurité aéronautique - Article "Captain Peril" (licence de pilote contre bakchich).

A noter que Kingfisher, une des principales compagnie d'aviation indienne, est en train de faire faillite. Ne pas prendre de vols avec elle, actuellement beaucoup de vols sont annulés purement et simplement, bien qu'une lueur d'espoir soit en train de pointer à l'horizon en ce qui concerne une évetuelle remise à flots.


En train : Le moyen le plus sûr et le plus agréable de faire de l'interurbain en Inde. Les repas sont servis, il y a de l'animation, du tchaï, de la nourriture, plein de gens avec qui discuter. Il y a toute une gamme de trains et de standing différents. Les plus rapides, les plus confortables et les plus chers sont les Shatabdi et les Rajdhani (trains privés climatisés). Il sont la priorité sur tous les autres trains.

Les Express ont une gamme de confort assez large allant de la 1e classe avec AC à la 3e class. Ils sont relativement rapides pour les standards indiens. Les 2nd class sleeper ont un très bon rapport qualité-prix. Ce sont des compartiments ouverts de six couchettes, avec ventilateurs, assez comparables aux trains-couchettes en Europe. C'est là qu'on rencontre des gens de la lower middle class, souvent des familles, qui parlent un peu anglais. Les 3e classe, on oublie: impossible d'y accéder à cause du monde. Les trains ordinaires doivent laisser la place à tous les autres et sont d'une lenteur incroyable. A éviter. Vitesse: Compter 50 km/h en moyenne pour les trajets en train.


En bus : les bus dans les villes sont souvent inaccessible et leurs réseaux sont incompréhensibles.

Beaucoup de régions n'ont pas de voies ferrées, notamment dans l'Himalaya. Préférer les Tourist Bus Deluxe des compagnies officielles, vaguement confortables, pour les longues distances. Ils n'ont rien de touristique, ni de luxueux, c'est simplement qu'ils ne s'arrêtent pas à chaque coin de rue. Ils ont l'avantage d'être bon marché. Des compagnies privées ont aussi des bus, mais souvent plus chers et pour les destinations touristiques. Vitesse: compter env. 30 km/h de moyenne.


Rickshaw: on distingue le rickshaw (à pédale) du motorickshaw (ben... à moteur). Le meilleur moyen de se déplacer dans les villes indiennes, c'est le motorickshaw. Le moins cher et le plus rapide. Toutefois, il arrive qu'il refuse de te prendre si le trajet est trop long ou trop décentré. Il faut alors négocier un aller-retour, en prendre un autre ou un taxi. Toujours négocier le prix de la course avant (et pour l'ensemble du groupe si vous êtes plusieurs) ou demander qu'il mette le "meter" (compteur) si c'est possible - mais ils sont souvent en panne. Dans le sud de l'Inde, le meter est souvent obligatoire et les tarifs fixes. Il arrive qu'ils conduisent trop vite: ne pas hésiter à leur demander de rouler plus lentement.



En taxi : ok depuis l'aéroport, mais sinon trop lents car souvent coincés dans les embouteillages. Toujours fixer le prix de la course avant. Dans les aéroports internationaux, il y a des "pre-paid taxis", avec tarifs officiels et prise en charge nominale avec indication de la destination. Ils sont sûrs.


Transports urbains : les transports sont très lents en Inde, et les distances très grandes. Il faut compter 50 km/h de moyenne pour les déplacements en train et 30 km/h sur la route. Tiens-en compte et plutôt que de vouloir faire vingt-cinq villes en deux semaines, mieux vaut en faire deux à fond et revenir une autre fois si tu as aimé. Perso, je compte de cinq à sept jours par étape. En plus d'être lents, les déplacements sont aussi très fatigants en raison du bruit, de la poussière, de la chaleur, des fréquentes sollicitations qui viennent de toutes parts. Quand on voyage trop vite, on s'épuise et on tombe malade...

A titre de comparatif, la distance Leh (Ladakh) - Kanyakumari (Tamil Nadu) reportée en Europe équivaut, à vol d'oiseau, à la distance entre Gibraltar et Stockholm. Delhi - Varanasi équivaut à Paris - Perpignan et Delhi - Mumbai à Paris - Rome.



En voiture : Le moyen de transport le plus cher et le plus dangereux en Inde (après la moto), particulièrement de nuit. Les routes indiennes sont bourrées de poids lourds et c'est la loi du plus fort. Les feux des véhicules fonctionnent de manière aléatoire. Ils dépassent n'importe où, si possible sans visibilité. Il est déconseillé de faire de grandes distances en voiture. On peut louer un véhicule privé avec chauffeur pour env. 50 US$ la journée. Mais certains chauffeurs ont tendance à vous amener où ils touchent des commissions plutôt qu'où vous souhaitez aller. Côté permis, on peut conduire en Inde avec un permis international mais en principe pas louer de véhicule, du moins dans certains états. Vitesse: compter env. 30 km/h de moyenne.


En moto : La moto reste le meilleur moyen de découvrir l'Inde, mais le plus dangereux aussi. il est fortement déconseillé de faire de longs trajets interurbains en moto, mais plutôt de l'utiliser pour rayonner dans une région rurale déterminée, en utilisant les petites routes. Dans tous les cas, il faut avoir une certaine expérience de l'Inde, de sa circulation et de ses codes avant de se lancer. Oubliez si c'est votre premier séjour en Inde.il est recommandé de toujours circuler à deux motos, en cas de pépin (accident, panne). Lorsque vous louez une moto, vérifiez impérativement le klaxon, sans lequel vous n'existez pas sur la route, ainsi que les rétroviseurs, les freins, les phares et le niveau d'huile. En cas de panne, il y aura toujours plein de monde pour vous donner un coup de main (s'il y a du monde dans le coin...). Côté assurance ? Si vous avez un pépin, c'est pour votre pomme...



Santé

Les précautions « environnementales » les plus strictes doivent être appliquées pour tout séjour en Inde. En toute première priorité, les précautions alimentaires « universelles » doivent être strictement suivies. Ne boire aucune eau non contrôlée sauf si elle est consommée via Lifestraw (le procédé individuel le plus économique). Il s’agit d’une sorte de paille qui filtre bactéries et parasites (à hauteur de 99,99 %) avec une capacité de 1 000 litres, soit la consommation d’une personne sur une année. Proscrire les glaçons et si possible les pailles (à usage répété et simplement rincées avant d'être réutilisées), éviter les légumes crus et les fruits non lavés, non pelés, non cuits, le lait et ses dérivés non industriels et s'abstenir de tout produit qui aurait pu être congelé.

Ces recommandations ne s'appliquent pas pour les restaurants très chic (et très chers) des principales métropoles indiennes, qui sont effectivement aux normes internationales. Mais restez prudent tout de même.

Aucune vaccination n'est administrativement obligatoire pour les voyageurs en provenance d'Europe. Il convient d'être à jour pour les vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite B. Et bien vérifier si l'on est à jour pour rougeole, oreillons, rubéole (ROR).

La vaccination contre l'hépatite A est vivement recommandée pour tous ceux qui ne sont pas naturellement immunisés (en pratique, tous les Européens de moins de 70 ans).


Téléphonie et internet
UTILISER LE TÉLÉPHONE PORTABLE EN INDE

En Inde, vous pouvez utiliser votre propre téléphone portable pour effectuer l'ensemble de vos appels. Pour cela, il faut vous renseigner auprès de votre opérateur sur le coût de l'option "international" et le délai de mise en service (parfois jusqu'à 48 heures). Lorsque vous arrivez sur le sol indien, un nouvel opérateur s'affichera sur votre appareil, selon les systèmes d'accords internationaux en vigueur entre l'Inde et votre pays. Un SMS vous informe sitôt que votre portable est relié à un réseau local. N'oubliez pas à déclarer votre téléphone portables devant les douanes en Inde quand vous entrez dans le pays.

Si vous n'avez pas prévu de souscrire un forfait avec votre opérateur mobile habituel, il est intéressant de vous procurer une carte SIM locale chez l'un des opérateurs principaux (Reliance, Vodafone, Aircel ou encore BSNL). Pour effectuer cet achat, il est impératif que votre téléphone soit "dé-SIM-locké" ; de même, vous devez présenter votre passeport, votre visa, une photo passeport ainsi que votre adresse de résidence (le reçu de votre hôtel, ou au minimum son adresse). Le coût d'une carte SIM est de 100 roupies environ (1,40 euros). A noter : avant de signer le contrat et d'effectuer le paiement requis, songez à tester la carte SIM du vendeur sur votre téléphone. Dès que tout est en ordre, vous profitez du crédit valable sur les appels locaux, à des tarifs très avantageux pour vous.


UTILISER INTERNET GRATUITEMENT

Dans la mesure où vous n'auriez pas de forfait de roaming paramétré sur votre téléphone ou une carte SIM locale, préférez les connexions aux réseaux Wi-Fi sur place durant votre séjour. Dans ce cas, allez dans les paramètres de votre téléphone portable et désactivez l'élément "données à l'étranger", dans la section "réseau cellulaire". Beaucoup de lieux touristiques disposent du réseau Wi-Fi gratuit pour les clients (centres commerciaux, restaurants, hôtels). Une fois que vous êtes connectés au Wi-Fi, vous pouvez utiliser tous les services usuels de votre smartphone ou de votre ordinateur portable (messageries, web et e-mails). Egalement, la plupart des hôtels disposent d'un ordinateur connecté à internet, souvent en libre accès.


LES AUTRES MOYENS DE SE CONNECTER À INTERNET

Différents cybercafés sont également à votre disposition, pour surfer selon un tarif horaire allant de 30 à 50 roupies. Bon à savoir : les cybercafés sont tenus de faire une photocopie de votre passeport, c'est une procédure usuelle. Vous voulez un maximum d'autonomie pour profiter d'internet durant votre voyage ? Les opérateurs locaux proposent des clés USB 3G à prix raisonnable (environ 43 euros) avec un abonnement mensuel qui oscille autour de 15 euros en moyenne.


La société indienne est en passe de se moderniser de plus en plus, s'ouvrant au monde et aux nouvelles technologies facilitant la vie quotidienne. Une nouvelle culture qui s'impose de plus en plus et qui facilite votre séjour. Au cours de votre voyage en Inde, vous avez un accès très facile aux moyens de communication usuels, à des prix encore très raisonnables.



La meilleure période pour partir

Le meilleur moment pour partir en Inde dépend avant tout de votre destination.

Pour observer les animaux sauvages des parcs de Corbett et de Kaziranga, privilégiez les mois de février à avril. Pour découvrir l'extrême Nord, les mois de mai à octobre sont les plus agréables. Le Rajasthan, du fait de son climat désertique, peut se visiter tout au long de l'année. Les pluies y sont très rares.

D'une manière générale, la meilleure saison pour voyager en Inde se situe de novembre à mars, durant la saison froide. Les températures restent douces à peu près partout sauf dans le Ladakh. Nous vous conseillons d'éviter les mois les plus pluvieux que sont juillet et août.


Décalage horaire

L'Inde est située sur le fuseau horaire UTC+5:30. Cela signifie qu'il y a cinq heures ou quatre heures de décalage avec la France, en fonction de la période de l'année. En effet, si nous avons décidé d'opter pour la règle de l'heure d'été et de l'heure d'hiver, ce n'est pas le cas de l'Inde. En janvier, quand en Inde, il est 12h00, l'heure française affiche seulement 7h30. En été, la différence se creuse : à 7h00 en France, il est 13h30 en Inde.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout