BON A SAVOIR : GEORGIE



Les meilleures destinations en Géorgie

Bon à savoir

La Géorgie est l’une des trois républiques du Caucase du Sud, située sur la ligne de division entre l'Europe et l'Asie. Tbilissi est la capitale de la Géorgie et la monnaie est le Lari. L'histoire de la Géorgie remonte aux royaumes de Colchide et d'Ibérie. La Géorgie est l'une des premières nations à adopter la religion chrétienne (a adopté l'orthodoxie à partir du schisme de 1054) comme religion officielle, au début du IVème siècle. Au début du XIXème siècle, la Géorgie est annexée par la Russie impériale, mais récupère son indépendance en 1918. Deux ans plus tard, elle est incorporée en tant que république dans l'Union Soviétique. L'indépendance de la Géorgie est restaurée en 1991. Le pays accumule pendant les années 1990 des difficultés économiques et des guerres d'indépendance (Abkhazie, Adjarie, Ossétie du Sud), perdant une importante partie de son ancien territoire.


INFOS PRATIQUES AVANT DE PARTIR


Formalités


La Géorgie a très largement ouvert ses frontières : l’ensemble des ressortissants de l’Union Européenne, les Suisses et les Canadiens sont autorisés à séjourner un an dans le pays sans visa, munis d’un passeport en cours de validité, ou d’une simple carte nationale d’identité sécurisée en cours de validité pour les citoyens de l’UE.

Avertissement : en vertu de la loi géorgienne, toute personne pénétrant en Abkhazie et en Ossétie du Sud depuis le territoire de la Fédération de Russie est passible de poursuites pénales en Géorgie.

Attention : l’Azerbaïdjan et l’Arménie exigent un passeport, seule la Turquie accepte également la carte d’identité.



Langues officielles

Georgien est la langue officielle et principale de la Géorgie. Il est parlé comme une langue maternelle pour plus de 86% de la population. C’est une langue karvelienne dont la manière parlée a de nombreux dialectes et est écrit dans son propre système d’écriture. Georgian est divisé en groupes géorgiens orientaux géorgiens et géorgiens liés à d’autres langues qui sont prononcées dans le pays, y compris Laz et Svan. En plus de la Géorgie, la géorgienne est également parlée dans certaines régions de l’Azerbaïdjan et du nord-est de la Turquie. Bien que cela fait partie de la région de la Caucase, la langue géorgienne est légèrement différente des autres langues de la région.



Electricité :

Vérifier si vous aurez besoin d’un adaptateur électrique ou d’une multiprise de voyage.

  • Adaptateur électrique: Non

  • Prise: Type C / F

  • Voltage: 220 V

  • Fréquence: 50 Hz

Voltage et fréquence

Le voltage 220 V est différent en Géorgie et est plus bas qu’en France (230 V), mais ceci ne pose pas de problème. Les fabricants ont tenu compte de la différence (tolérance). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils. En cas de doute, contrôlez les. Les chargeurs de tablette, de portable, appareil photo, téléphone portable, brosse à dent électrique sont presque tous utilisable en en Géorgie. Ils comportent cette mention: 'INPUT: 100-240V, 50/60 Hz'.

Les prises électriques

En Géorgie ont utilise des prises de type C / F. En Géorgie vous n’avez pas besoin d’un adaptateur. Ces prises de courant sont compatibles avec les fiches mâles de vos appareils. Prise type F peut être utilisée aussi avec la fiche mâle C et E. Prise type C peut être utilisée aussi avec la fiche mâle E et F.




Monnaie & change

Monnaie

La monnaie nationale est le lari (« trésor » en Géorgien), code monétaire « GEL ». Le lari est divisé en cent tetri, et sa plus grosse coupure est le billet de 100.

En mai 2021, le taux était d’environ : 1 € = 4 GEL.


Banques

Le réseau bancaire est moderne, les distributeurs de billets sont très nombreux. Comme toujours hors zone euro, il est judicieux d’examiner les conditions offertes par sa banque et sa carte de retrait, de s’enquérir si nécessaire d’offres plus intéressantes, axée voyage. Dans tous les cas, il vaut mieux retirer une grosse somme pour minimiser les frais fixes et savoir que les meilleurs bureaux de change proposent les meilleurs taux.


Change

Les bureaux de change sont légion dans les villes. Ils offrent des taux plus intéressants que les banques classiques et ceux obtenus par retrait à un distri. Les changeurs alignant souvent leurs taux par rue et quartier, autant comparer et se renseigner. Souvent ouvertes 24h/24, les officines des réseaux proposant également des transferts d’argent affichent les meilleurs taux.

Pour démarrer son séjour : changer ou retirer un peu d’argent à l’aéroport ou à la frontière terrestre car les taux y sont corrects, puis renouveler l’opération chez un bon changeur, sans forcément se charger en liquidités, car les variations de taux restent mesurés entre la capitale et la province.


Carte de paiement

La grande majorité des hôtels, restaurants et commerces sont équipés pour les paiements par carte bancaire. Mais il faut bien sûr conserver des espèces pour les petites dépenses du quotidien, les pensions familiales et s’affranchir d’éventuels frais de paiements élevés à l’étranger, hors zone européenne, particulièrement gênants sur les petits achats.

Conseil : prévenir sa banque de son séjour, car de nombreux réseaux « non prévenus » limitent les retraits pour prévenir les fraudes.


Budget en Géorgie

La Géorgie est une destination peu coûteuse, voire très bon marché si on loge dans des pensions, familiales, mange dans des restos typiques et voyage en transport public. Sans exploser son budget, on peut s’offrir de bons hôtels et restaurants à des tarifs raisonnables. Seule la recherche de prestations de luxe fera grimper la dépense vers des tarifs « occidentaux ».


Hébergement

Les hébergements se sont multipliés avec l’augmentation du nombre de visiteurs, passant d’une capacité d’accueil limitée à une offre en général suffisante. Dans toutes les villes, l’éventail va des pensions familiales à l’hôtel de luxe en passant par des des hostels, guesthouse, petits hôtels et boutique hôtel.


Dans la vieille ville de Tbilissi, il faut multiplier les prix par 2. Exemple : 40 à 60 GEL pour un lit en dortoir et à partir de 150 GEL pour une double avec salle de bains. - Dans les régions reculées, les prix des pensions peuvent grimper notamment à cause des repas. - Les pensions proposent souvent d’inclure (bonne idée) ou pas le petit déjeuner. Dans ce dernier cas, compter 5-10 GEL par personne. Des repas peuvent souvent être commandés à l’avance, compter 10-20 GEL par personne. - L’occupation simple d’une double entraîne en général un rabais d’environ 40 %.

- Très bon marché : lit en chambre double ou multiple, avec salle de bain à partager, de 20 à 40 GEL (5 à 10 €), selon le type de chambre et nombre de personnes. Cette formule est notamment proposée dans les chambres chez l’habitant. - Bon marché : de 50 à 100 GEL (12 à 25 €), pour des doubles avec salle de bains dans les pensions familiales et petits hôtels. - Prix moyens : de 100 à 200 GEL (25 à 50 €), pour un boutique hôtel à Tbilissi, ou un établissements de charme ailleurs. - De chic à très chic : à partir de 270 GEL (63 €). Pour les hôtels haut de gamme de Tbilissi ou des principales villes de province.


Nourriture

À moins de fréquenter les restos chics des grandes villes , le poste « nourriture » ne grévera pas votre budget ! Sans sacrifier au plaisir pour autant.

Les restaurants bon marché comme les doukanis, petits restos généralement en sous-sol à Tbilissi, sont très prisées des Géorgiens. Certains sont ouverts 24h/24. On y consomme les raviolis « nationaux » khinkalis, des pains et galettes khachapuri, lobiani, etc., des brochettes et kebabs à la géorgienne, une salade géorgienne, ainsi qu’un assortiment de recettes nourrissantes (voir plus loin) arrosées de bière, vin du patron ou, bien sûr… d’eau minérale. Pour un repas du genre, prévoir autour de 15 lari (4 €).


- Bon marché : moins de 15-20 GEL (4-5€) par personne pour un repas complet dans une taverne ou un resto. - Prix moyens : autour de 50 GEL (12,50 €). Restaurants géorgiens plus apprêté, spécialités internationales de base, ou repas avec du bon vin. - Chic : à partir de 100 GEL (25 €). Pour un repas dans les meilleurs établissements de la capitale et des grandes villes de province.


Pourboire

Le pourboire n’est pas une coutume géorgienne. Cela n’empêche pas d’arrondir la somme due pour un service (guide, taxi, serveur) qui le mérite. Lors d’une excursion en voiture avec chauffeur, rallonger de 5 à 10 % est toujours apprécié. Certains restos ajoutent au prix des menus une « service tax » plus ou moins fantaisiste et grimpant parfois jusqu’à 20 % ! Va-t-elle réellement dans la poche des serveurs ?




Circuler en Géorgie

En avion : - Liaisons internationales : Tbilissi est principalement reliée à des capitales européennes, asiatiques, moyen-orientales et russes. Il n’y a pas de liaison directe avec Paris mais de nombreuses options avec escales. Parallèlement, des liaisons directes de type low cost se développent au moins saisonnièrement, entre France, Suisse, Belgique et l’aéroport de Koutaïssi, 2e plus grande ville du pays, bien située 230 km à l’ouest de Tbilissi et 150 km à l’est de Batoumi. Des bus généralement synchronisés avec les arrivées et départs des vols relient ces aéroports aux principales villes.

- Vols intérieurs : mis à part Tbilissi et Koutaïssi, Batoumi possède également un aéroport qui fonctionne à la saison touristique. Compte tenu de la faiblesse des distances, les vols intérieurs ne sont pas spécialement intéressants.


En train : Une seule ligne ferroviaire relie Tbilissi à Batoumi, via Gori et Koutaïssi. Les trains ne sont pas rapides mais confortables. À l’exception des Elektrishky (achat du billet dans le train), il est judicieux d’acheter son billet jusqu’à 2 jours en avance, surtout en haute saison. Se munir de ses papiers d’identité pour l’achat. Attention : les horaires peuvent changer brusquement. Se rendre sur place.

À titre indicatif : Tbilissi- Batumi : départs à 8h, 10h et vers minuit, tous les jours en haute saison, sinon tous les 2 jours). Prévoir environ 6h de trajet.

Liaisons internationales : trains-couchettes à destination de Baku (15h de voyage, départ en milieu d’après-midi) et d’Erevan (10-11h de voyage, tous les jours en haute saison, sinon tous les 2 jours, départ vers 20h). La nouvelle liaisons avec Kars (Turquie) est réservée aux marchandises.


En bus : Le réseau à Tbilissi est moderne. Destinations et temps d’attente sont indiqués sur les panneaux digitaux des arrêts. On paye avec la même carte que pour le métro, D’autres grandes villes comme Batoumi possèdent un réseau moderne de bus.


En minibus : Les célèbres camionnettes marshrutka, des Ford, Mercedes ou, Iveco etc. aménagés en minibus, rayonnent dans tout le pays depuis les gares routières (avtovagzal). Bonne nouvelle : très bon marché et relativement confortables, sauf quand elles sont trop chargées en sièges, la plupart n’attendent pas obligatoirement leur remplissage complet mais partent à horaires fixes. L’achat des billets se fait généralement aux guichets des gares ( le chauffeur vous l‘indiquera).


En location de voiture : Une grande vigilance est nécessaire sur la route, le trafic pouvant être assez débridé et chaotique.

La plupart des grands réseaux de location sont présents à Tbilissi et dans les grandes villes. Leurs prix sont attractifs sur les véhicules d’entrée de gamme. Des opérateurs locaux proposent des tarifs moins élevés pour des véhicules généralement plus anciens. Un 4x4 est recommandé si on sortdes grands axes et, surtout, aborde les régions montagneuses.

Attention : certaines routes encore carrossables mais déjà extrêmes, comme celles d’Omalo-Touchétie et de Shatili-Khevsourétie ne sont pas couvertes par les assurances.

La location de voiture avec chauffeur est très populaire en Géorgie. Ses avantages (moins de fatigue, pas de soucis d’assurance ni d’itinéraires) sont boostés par les prix plutôt bas, d’autant plus si partagés par un groupe. Par contre et sauf de rares exceptions, le chauffeur ne pourra guère vous renseigner sur les lieux (ce n’est pas leur fonction sauf précision), très peu d’entre eux parlant d’ailleurs anglais.

Conseil : bien se mettre d'accord sur l’itinéraire et la durée du tour et inclure des temps de visite suffisant, en comptant plutôt large que trop serrés - la durée des visites est plutôt sous-estimée par les chauffeurs.



En taxi :Les taxis appartenant aux compagnies classiques sont fortement concurrencés par les voitures privées ou taxi adhérant aux entreprises de « mobilité partagée », pilotés par appli smartphone. Bolt domine le marché. Le tarif pré-établi est très compétitif et le pilotage gps permet des prises en charge et déposes sans galère.

Si vous prenez un taxi classique, encore nombreux dans les centre-villes, environs des stations de bus et arrêts de marshrutkas, indiquez plutôt une place, station de métro, musée ou monument comme repère qu’un n° de rue, et impérativement négocier le prix avant le départ.


Les taxis collectifs attendent les voyageurs dans les gares routières pour nombre de liaisons. Exemple : Tbilissi-Gori, Tbilissi-Mskehta, Tbilissi-Telavi, etc.

Ils ont des avantages - dépose un peu où on veut, rapidité, pick-up parfois possible, tarif modeste, à partir de 2 fois celui d’une marshrutka - et... des inconvénients - départ après avoir fait le plein, chauffeur parfois casse-cou.



En Métro

Tbilissi est dotée d’un métro. 2 lignes et 23 stations desservent les principaux quartiers de la capitale entre 6h du matin et 1h du mat (ou 23h en cas de travaux). Rapide, secouant à l’occasion… il est fréquent (2, à 4 mn seulement entre les rames) et très bon marché (0,50 GEL, soit 0,15 €/trajet). Coûtant 2 GEL (0,6 €), la carte magnétique d’accès se recharge auprès d’une flopée d’automates multilingue, à l’aide de pièces ou billets.



Santé

Santé et vaccins

Aucun vaccin n’est exigé pour voyager en Géorgie mais il est conseillé d’être à jour des vaccins DTP, ROR et hépatites A et B. Dans le cas de séjours dans les vallées perdues du Caucase, les vaccins contre la fièvre typhoïde et l’encéphalite à tiques sont également recommandés et celle contre la rage peut également être proposée.

Pour plus de précisions, voir les recommandations de l’Institut Pasteur.

L’eau du robinet est en principe potable en Géorgie. Toutefois, autant demander confirmation à vos hôtes dans les villages et régions reculées. En cas de doute, de très bonnes eaux minérales plates ou gazeuses sont disponibles partout. En été, les moustiques peuvent être gênants. Prévoir un bon répulsif et vérifier que les fenêtres des chambres sont équipées de moustiquaires.


Importation de médicaments

Certaines substances contenues dans certains médicaments anti-douleurs délivrés sur ordonnance en Europe sont interdits à l’import en Géorgie par des particuliers, comme les benzondiazepines et les opiacés, dont la codéine. L'entrée sur le territoire avec des médicaments contenant ces substances n'est toléré que sous de strictes conditions : il faut alors présenter un dossier complet à la douane.

En dehors de ces médicaments anti-douleurs, l'importation de médicaments est limitée à 10 boîtes. Les médicaments doivent faire l'objet de déclarations en douane. La déclaration doit être accompagnée de l’original et de la copie d’une ordonnance détaillée correspondant à la durée du voyage. La prescription doit préciser la dénomination commune internationale (nom de la molécule).


Hôpitaux

Les cliniques et hôpitaux ne sont pas aux standards européens. En cas d’accident grave, il vaudra mieux avoir souscrit une assurance rapatriement. Les pharmacies sont en revanche très nombreuses et bien fournies. À Tbilissi, beaucoup d'entre elles restent ouvertes 24h/24.



Téléphonie et internet

La 4G fonctionne dans les villes mais on se retrouve sur des vitesses inférieures très souvent. Les principaux opérateurs sont Geocell (rapide dans les villes) et Magti (meilleur dans les montagnes).

Pour réceptionner les SMS, il vaut mieux avoir un roaming, au moins en option temporaire au coup par coup, car il est souvent impossible de changer le numéro de téléphone associé à sa carte pour celui d’une SIM locale….

Une carte SIM locale coûte environ 1 GEL (0,50 €). Se munir de son passeport pour l’acheter dans les boutiques des opérateurs, en package avec des datas d’Internet mobile et du crédit pour les appels téléphoniques. Par la suite, on recharge son crédit à volonté aux automates omniprésents dans les villes (suivre les instructions en Anglais) puis l’affecte selon ses désirs et les différents package.

Exemple de prix fin 2019 : 20 GEL (5 €) pour 30 mn de communications internationales, un temps illimité d’appel en national et 3 Go d’Internet, valable 15 j. ; 30 Gel (env 8 €) pour 20 Go valable 1 mois, et un peu temps de communication.

Exemple de prix fin 2019 : 20 GEL (6 €) pour 30 mn de communications internationales, un temps illimité d’appel en national et 2 Go d’Internet ; 30 Gel (9 €) pour 20 Go valable 1 mois, et un peu temps de communication.

L’accès gratuit via un réseau wifi est devenu la norme dans les hôtels, restaurants et cafés. L’essor des données mobiles et du wifi a quasiment sonné le glas des cybercafés, aujourd’hui cantonnés aux jeux en réseau.



La meilleure période pour partir

Partez de préférence entre mai et octobre pour découvrir la Géorgie, ses monastères et la fameuse cité troglodyte de Vardzia.


En un coup d'oeil

La meilleure période pour partir en Géorgie s’étend de mai à octobre. Les températures sont agréables, le temps globalement ensoleillé, tandis que l’hiver est plus frais. Vous pouvez aussi choisir de partir précisément en septembre-octobre pour la période des vendanges en Kakhétie.


Voyage oenologique

Un incontournable lors d’un voyage en Géorgie est de partir en Kakhétie pour déguster du vin dans la première région viticole du pays. Visitez aussi dans cette région la ville de Sighnaghi ainsi que les églises et châteaux de Telavi. Partez entre mai et octobre de préférence.


Voyage randonnée

La meilleure période pour partir randonner en Touchétie est l’été. Choisissez les mois de juillet et août pour partir vous promener à pied ou à cheval et découvrir les superbes paysages de cette région montagneuse. Vous y parviendrez par la route partant de la Kakhétie, ouverte entre juin et début octobre seulement.


Voyage dans les monastères

Ne manquez pas de visiter les monastères du célèbre site de Davit Gareja. Vous admirerez les fleurs qui entourent ces quinze monastères et visiterez ces sites très anciens avec admiration. Privilégiez la période qui s’étend de mai à octobre pour découvrir ces sites d’exception.


Voyage troglodyte

Si vous partez en Géorgie, ne manquez pas la cite troglodytique de Vardzia ! Ses habitants y vivaient jadis dans des maisons creusées dans la pierre, ce qui voue à la région son caractère unique. La ville constitue un symbole culturel. Découvrez les quelques 119 groupes de grottes de la cité, et privilégiez les mois de mai à octobre pour votre visite.


Voyage dans les plus belles villes de Géorgie

Partez de préférence entre mai et octobre pour découvrir les plus belles villes géorgiennes. Explorez la très animée Tbilissi, et notamment sa magnifique vieille ville, ses églises et ses bars et cafés. Découvrez aussi Kazbegi, non loin de l’église Tsminda Sameba et du mont Kazbek. Et visitez Batoumi, la capitale touristique estivale du pays.