BON A SAVOIR : LA CHINE




Bon à savoir

La Chine, ce pays gigantesque 17 fois plus grand que la France , où vit le cinquième de la population mondiale avec plus de 55 ethnies, possède des paysages aussi variés qu’extraordinaires. Le voyage en Chine débute souvent à Pékin, dans le nord du pays, avec la visite de la Grande Muraille, véritable exploit architectural, l’un des sites les plus visités au monde, la Cité interdite, ancienne résidence impériale, les différents musées et temples. Au nord-ouest, la Route de la Soie, ancien itinéraire commercial entre l’Occident et l’Extrême-Orient attire de nombreux randonneurs avec ses grottes, ses déserts, ses oasis et ses cités disparues. Au sud-ouest, le Tibet et Lhassa sa capitale, ville spirituelle et riche en monastères vous offriront un aperçu des paysages les plus impressionnants. Dans le centre et le sud-est du pays, c’est un paysage complètement différent qui vous attend avec des collines karstiques en pain de sucre et des rizières en terrasse dans le Yunnan. Plus au nord se trouvent les Gorges du Saut du Tigre, gorges spectaculaires parmi les plus profondes du monde et réputées pour ses nombreuses randonnées. Plus à l’est, l’armée des soldats de terre cuite de l’empereur Qin constituée de milliers de personnages grandeur nature est un site remarquable. A ne pas rater, Shanghai, ville ultra-moderne, qui contraste avec le reste de la Chine. Non loin, c’est à Suzhou que vous trouverez les plus beaux jardins de Chine et ses maisons au bord de l’eau. Il y a tellement de merveilles architecturales dans ce gigantesque pays qu’il est difficile de toutes les citer.
Un voyage en Chine devient donc un indispensable pour découvrir ce pays, terre de contrastes et de paysages somptueux, devenu l’une des destinations les plus appréciées.


INFOS PRATIQUES AVANT DE PARTIR


Formalités

  • passeport comportant au moins 2 pages vierges consécutives, et valable encore 6 mois après la date de la demande de visa ;

  • photocopies des réservations d’hôtel, des billets ou réservations d’avion aller-retour ;

  • visa, sauf :

- pour des séjours de moins de 90 jours à Hong Kong ;

- en cas de transit de moins de 72h ou 144h dans certaines villes comme Pékin, Canton ou Shanghai, et dans certaines provinces (voir les conditions d'obtention des visas de transit) ;

  • attestation d’assurance internationale.

  • dans le cadre de la Covid-19 : résultat négatif au test virologique (RT-PCR)

Visa

Un visa est nécessaire pour aller en Chine (mais pas pour Hong Kong pour des séjours de moins de 90 jours). Il existe plusieurs types de visas, dont le visa touristique et celui d’affaires.

Les mineurs doivent être munis de leur propre pièce d’identité (passeport pour la Chine). Pour l’autorisation de sortie du territoire lorsque les enfants ne sont pas accompagnés par un de leurs parents, chaque pays a mis en place sa propre régulation. Ainsi, pour les mineurs français, une loi entrée en vigueur en janvier 2017 a rétabli l’autorisation de sortie du territoire. Pour voyager à l’étranger, ils doivent être munis d’une pièce d’identité (passeport), d’un formulaire signé par l’un des parents titulaires de l’autorité parentale et de la photocopie de la pièce d’identité du parent signataire.


L'agence Action-Visas.com délivre le visa chinois, ainsi que Rapide Visa.

- Action-Visas.com : cette agence sérieuse s’occupe d’obtenir votre visa pour cette destination. Délais rapides, traitement immédiat du dossier dès réception (aucune attente) et service fiable. Pour la province, demandez le visa par correspondance quelle que soit la destination. Les commandes de visas peuvent s’effectuer sur le site Internet qui est actualisé quotidiennement, et vous recevrez directement les formulaires et la liste des pièces à fournir. Réception d’un courriel sur votre messagerie à chaque étape du processus d’obtention du visa.



Langues officielles

La carte linguistique de la Chine pourrait être divisée en deux : au nord du Yangzi Jiang trônerait le mandarin, et au sud les différents dialectes comme le wu ou le cantonais ou bien encore le hakka. Cette diversité peut s'expliquer par la carte géographique, là où les montagnes au sud ont fait barrière naturelle et donc favoriser l'émergence d'une plus grande différence entre ces différentes régions.




Electricité :

Vérifier si vous aurez besoin d’un adaptateur électrique ou d’une multiprise de voyage.

  • Adaptateur électrique: Oui

  • Prise: Type A / C / I

  • Voltage: 220 V

  • Fréquence: 50 Hz

Voltage et fréquence

Le voltage 220 V est différent en Chine et est plus bas qu’en France (230 V), mais ceci ne pose pas de problème. Les fabricants ont tenu compte de la différence (tolérance). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils. En cas de doute, contrôlez les. Les chargeurs de tablette, de portable, appareil photo, téléphone portable, brosse à dent électrique sont presque tous utilisable en en Chine. Ils comportent cette mention: 'INPUT: 100-240V, 50/60 Hz'.

Les prises électriques

En Chine ont utilise des prises de type A / C / I. Prise type C peut être utilisée aussi avec la fiche mâle E et F. Pour la prise de courant A vous aurez besoin d’un adaptateur. Pour la prise de courant I vous aurez besoin d’un adaptateur.




Monnaie & change

La monnaie chinoise est le renminbi (« monnaie du peuple », appellation officielle) ou yuan. Fin 2019, 1 yuan (元) valait environ 0,14 € (on aurait donc environ 7,20 yuans pour 1 €).

Le yuan se divise en jiao et fen : 1 yuan = 10 jiao = 100 fen. Les fen ont disparu de la circulation vu leur faible valeur. Important pour vos achats et marchandages, kuai et mao remplacent couramment dans le langage quotidien les appellations yuan et jiao. Ainsi, 1 kuai (yuan) = 10 mao (jiao).

Pas mal de faux, aussi. Un truc pour reconnaître les faux billets : passez votre doigt sur le col de Mao. S'il est rugueux, c'est qu'il est vrai !


Banques

La plus présente sur le territoire est la Bank of China (c’est d’ailleurs surtout celle-là qu’on signale dans ce guide), mais il y a aussi l’Industrial & Commercial Bank of China (ICBC) et l’Agriculture Bank of China (ABC). On peut généralement changer des euros ou dollars en espèces dans les agences (ainsi que des chèques de voyage à la Bank of China, moyennant 0,75 % de commission) et y retirer de l’argent (aux distributeurs de billets attenants) avec une carte de paiement internationale (type Visa et MasterCard).

Dans les grandes villes, pas mal d’agences sont ouvertes tous les jours, y compris le dimanche, de 9h à 17h environ (plutôt 16h les samedi et dimanche pour celles qui ouvrent le week-end).


Change

Possible dans les banques donc, en particulier dans la Bank of China, mais la procédure est souvent assez longue et fastidieuse (il faut présenter son passeport et remplir pas mal de papiers). Hélas, il n’y a guère d’autres options pour changer de l’argent, les bureaux de change étant plutôt rares en Chine (ou alors proposent des taux inférieurs aux banques, comme dans les aéroports). Les banques, elles, changent sans commission et à un taux assez proche du taux officiel.

Enfin, pour convertir vos derniers yuans avant de sortir du pays, il faut conserver quelques bordereaux de change (ou reçus de distributeur). Ne pas s’attendre toutefois à un taux très favorable.


Cartes de paiement et distributeurs

Aucun problème pour retirer des yuans aux distributeurs de billets (qu’on trouve un peu partout) avec une carte de paiement internationale (MasterCard, Visa, Cirrus, JCB, Diners Club ou American Express). Assurez-vous toutefois que la machine affiche le logo correspondant à votre carte. Une touche permet d’obtenir des instructions en anglais (voire en français). C’est le moyen le plus facile et le plus rapide de se procurer de l’argent liquide, même s’il y a des frais à chaque opération. En revanche le taux de change utilisé est le cours officiel, plus avantageux que si vous changez de l’argent liquide. Attention, les retraits sont limités à 2 500 ou 3 000 par opération. Mais rien ne vous empêche d’en faire plusieurs de suite, jusqu’à votre maximum disponible (en payant bien sûr à chaque fois une commission...). De nombreuses banques internationales peuvent aussi être représentées en Chine (et donc ne pas pratiquer de commission lors des retraits, comme HSBC).

- Régler par carte de paiement devient de plus en plus fréquent, surtout dans les grandes villes et sans commission. En revanche, dans les villages, n’y comptez pas trop.



Circuler en Chine

En vélo : La Chine et ses ribambelles de vélos... Alors que la voiture commençait à supplanter la bicyclette, symbole communiste par excellence, on a vu arriver les vélos jaunes d’Ofo, bleus de Blugogo ou encore ceux orange et gris de Mobike, créés notamment par un ancien d’Uber... Le bicloune fait de la résistance, notamment à Pékin et Shanghai avec ces vélos à louer en libre-service grâce à son smartphone (hélas, ne fonctionne pas pour les étrangers) et surtout pas cher du tout, tous dotés d’un GPS, d’un verrou et d’une puce pour les retrouver. À la fin du trajet, l’utilisateur referme le verrou et est facturé directement en ligne.

Rassurez-vous, dans la plupart des villes et sites touristiques, on trouve toujours des vélos à louer auprès de magasins spécialisés et des AJ surtout. Il faut généralement laisser son passeport ou une caution. Attention, les vélos chinois n'ont pas de lumière à l'avant (sauf cas exceptionnels). Un conseil : ne partez jamais sans votre plan de ville (Ditou) avec les noms des rues en chinois. Et n’oubliez pas que l’essor du trafic automobile rend certains parcours périlleux à vélo...


En métro : Un mode de transport urbain en plein développement en Chine, et qui fait l’objet d’investissements colossaux : 1 300 milliards de yuans pour construire des lignes de métro dans 35 métropoles du pays. Près de 30 villes possèdent déjà un métro : Pékin, Shanghai, Hong Kong, Canton, Kunming, Chongqing, Chengdu, Xi’an, Wuhan, Suzhou...

Les rames sont très modernes mais il n’y a pas encore toujours beaucoup de lignes et les arrêts sont souvent assez éloignés les uns des autres. Les panneaux des stations de métro sont écrits en caractères chinois et en pinyin.

Les billets, bon marché, sont vendus par des employés à des caisses ou par des machines (instructions en anglais disponibles). Prix en fonction de la distance parcourue (en général, de 3 à 6 元). Gardez votre ticket, il faudra l’introduire dans le tourniquet pour sortir.

En général, les sacs sont contrôlés aux rayons X à l’entrée de chaque station.


En Bus :

Les bus urbains

Après la marche, c'est le moyen le plus économique de se déplacer en ville (billets à 1-2 元).

Dans les grandes agglomérations, le système fonctionne plutôt bien. Ils roulent à partir de 6h et jusqu'à 22h-23h. On achète le ticket auprès du chauffeur ou, plus souvent, en glissant l’argent dans l’urne à l’entrée du bus. Avoir l’appoint, la plupart des chauffeurs ne rendent pas la monnaie. Sauf exception, les panneaux des arrêts sont écrits uniquement en chinois, de même que la destination finale inscrite à l’avant du bus. Mais le numéro de la ligne est bien visible, ouf ! Si l’on ne comprend rien, se munir d’un plan de ville avec les noms de rues en chinois et demander son chemin aux passagers ou au chauffeur en désignant l’endroit où l’on souhaite descendre. Sachez tout de même que, parfois, plusieurs lignes portent le même numéro, avec des variantes d’itinéraire qui peuvent compliquer l’affaire...

Les étudiants étrangers peuvent bénéficier de cartes mensuelles à demi-tarif.


Voyager en bus à l'intérieur de la Chine

On conseille plutôt de prendre le train là où c’est possible mais, comme celui-ci ne va pas partout, il est parfois nécessaire de recourir au bus. Sans surprise, leur niveau de confort varie, n’hésitez pas à prendre les plus récents et confortables. Reste que prendre le bus demande un peu de patience et de débrouillardise car, dans les gares routières, on ne parle pas l’anglais et tout (ou presque) est écrit en chinois. En conséquence, mieux vaut passer par un intermédiaire ou une agence privée pour l’achat des billets.

- Confort : sur les axes principaux reliant les grandes villes, les bus « VIP » (Gaokuai Daba) sont équipés de la clim et de sièges inclinables. Pour les longs trajets, il existe aussi des bus-couchettes (Wopuche). Dès que l'on sort des grands axes, le trafic est plutôt assuré par des minibus (zhongba) ou des camionnettes Iveco. Moins confortables, ils partent quand ils sont pleins.



En train :C’est, avec l’avion, le moyen de transport le plus utilisé pour les longues distances. Le réseau compte désormais deux types de trains : classiques ou à grande vitesse.

- Les trains classiques : ils sont encore nombreux mais cèdent chaque année un peu plus de terrain aux TGV. Leur principale vertu est d’être moins chers... et bien sûr d’aller là où les TGV ne vont pas (encore). Compter 50 à 100 km/h de moyenne. Côté confort, il y a 4 options : les sièges durs (yingzuo) en skaï ou en bois, au dossier très raide, qui sont souvent pris d’assaut ; les sièges mous (ruanzuo), qui sont des banquettes larges et confortables (mais il n’y en a pas dans tous les trains) ; les couchettes dures (yingwo), en skaï, qui se superposent sur 3 niveaux dans un compartiment de 6 places ; et les couchettes molles (ruanwo), par compartiments de 4 places, de loin les plus agréables pour les trains de nuit. Dures ou molles, les couchettes supérieures sont un poil moins chères que celles du bas.

- Les trains à grande vitesse : c’est désormais le fleuron du chemin de fer chinois. Leur vitesse varie entre 200 et 350 km/h. Par exemple, entre Shanghai (gare de Hongqiao) et Pékin (gare du Sud) – très beau voyage –, les TGV mettent entre 4h48 et 5h58 pour parcourir les 1 318 km de distance (si vous partez à 9h de Shanghai, avec ce bolide ferroviaire, vous arriverez à Pékin à 13h48 !). Ces TGV chinois – dont le numéro débute par la lettre « G » – sont aussi sûrs, rapides et confortables que le Shinkansen japonais. Idem pour la petite merveille reliant Pékin (gare de l’Ouest) à Canton (Guangzhou) : 8h pour le train le plus rapide pour effectuer 2 298 km ! Bien sûr, leur prix est plus élevé que les trains classiques. Trois classes : business, première et seconde, avec des différences de tarifs assez conséquentes entre elles. Par exemple, pour un Pékin-Shanghai, il faut compter (à titre indicatif) 555 元 en 2e classe, 930 元 en 1re et... 1 750 元 en business.



En taxi : Voilà un mode de transport facile et peu onéreux. Dans les grandes villes, tous les véhicules sont équipés d'un compteur, presque systématiquement utilisé. Dans les petites villes et campagne, se renseigner à son hôtel pour connaître le prix usuel d'une course. Sur les longs trajets, on peut négocie généralement un prix hors compteur (là encore, se renseigner sur les prix pratiqués). On trouve des taxis partout et à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Il suffit de héler la voiture. On peut aussi en appeler un par téléphone.

- Conseil : les chauffeurs de taxi en Chine ne comprennnent généralement que le chinois. Il faut donc avoir sur soi l'adresse voulue écrite en caractères chinois. Un truc : si vous logez dans un petit hôtel ou une pension, dans un hutong un peu perdu, essayez de repérer un monument important ou un grand magasin connu proche et indiquez-le au chauffeur ; vous ferez le reste à pied...


En avion : Les liaisons intérieures sont assurées par de nombreuses compagnies nationales ou régionales. Les appareils sont sûrs et ponctuels. Dans les aéroports, les annonces sont faites en chinois et en anglais.

La Chine possède plusieurs grandes compagnies aériennes comme Air China, China Southern Airlines, China Eastern Airlines, etc. ainsi que quelques compagnies low-cost.

- Réservations : si vous réservez certains vols intérieurs depuis l'Europe, il est impératif de reconfirmer vos réservations 72h avant le départ.

- Conseil : pour les vols intérieurs, bien comparer les prix entre les compagnies classiques et les compagnies low-cost chinoises. Le petit problème, c’est que ces dernières ne sont pas nécessairement prises en compte dans les grands comparateurs de prix en ligne... et que les sites de ces compagnies à bas coût ne sont pas tous simples à manier pour les étrangers. Ne pas hésiter à faire appel à un intermédiaire (sur place ou ailleurs) qui vérifiera toutes les options pour vous. Les différences de tarifs peuvent être conséquentes !



Santé

La Chine est quasiment un continent à elle toute seule, avec de grands contrastes climatiques et donc sanitaires. Globalement, dès que l'on quitte les hôtels de luxe des grandes métropoles, il s'agit (encore) d'un pays à l'hygiène précaire. Même constat pour les recours sanitaires : ne vous attendez pas à trouver des établissements de santé performants hors des grandes zones industrielles et commerciales (dans ces zones, on peut trouver des établissements de qualité internationale, mais il faut payer parfois fort cher). Une bonne raison, donc, pour partir dûment vacciné et assuré.


Rappel concernant l'eau

L'eau du robinet n'est potable nulle part en Chine.

L'eau a toujours été dangereuse en Chine, et reconnue comme telle par la population. Très tôt, bien avant Pasteur, les Chinois avaient pris l'habitude de ne boire d'eau que bouillie, et de la boire encore chaude (comme ils trouvaient cela assez fade, ils prirent l'habitude d'y mettre des feuilles de thé...).

On trouve partout de l'eau bouillante : si dans un restaurant vous demandez de l'eau, elle vous arrivera très chaude dans un verre. On peut acheter partout, pour 10-20 元, des petits cylindres en plastique ou en métal munis au sommet d'un filtre amovible qui permettent de mettre du thé dedans : c'est ce que font tous les Chinois. Vous pouvez aussi vous procurer avant le départ une paille ultra-filtrante Lifestraw ou un SteriPEN.

- Petit conseil : avoir toujours un peu de papier toilette et une solution hydroalcoolique désinfectante sur soi.


Vaccinations

il est recommandé, pour la propre protection du voyageur, les vaccinations suivantes.

Les vaccinations dites « universelles »

- Diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche : depuis 2005 existe en France un rappel pour l'adulte en une seule injection (Repevax). - Hépatite B : la Chine est une zone de très forte endémicité (150 millions de porteurs du virus) pour cette maladie pouvant être prévenue par un simple vaccin.

Les vaccinations contre des maladies transmises par l'alimentation et les boissons

- Hépatite A. - Fièvre typhoïde.


Téléphonie et internet

- De la France vers la Chine : composez le 00 + 86 (indicatif de la Chine) + l'indicatif de la ville (sans le 0 du début) + le numéro du correspondant. - De la Chine vers la France : composez le 00 (international) + 33 (indicatif de la France) + le numéro à 9 chiffres (donc sans le 0 du début) du correspondant.

- À l’intérieur de la Chine : composez l'indicatif de la ville (qui commence par un 0) + le numéro du correspondant. Par exemple, pour appeler Pékin (Beijing) depuis Shanghai, composez le 010.

Si vous téléphonez de votre hôtel, soyez vigilant, car les communications sont plus chères. Facturation systématique de 3 mn dès que votre correspondant décroche.


Les Chinois sont de fervents utilisateurs du smartphone, tous âges confondus. Conséquence logique, les téléphones publics ont quasi disparu, comme ailleurs.


Internet

Vaste sujet dans un pays comme la Chine. Car il faut savoir que la Toile en Chine fait l’objet d’une étroite surveillance sans cesse renouvelée par les autorités. Ces mesures restrictives sont surnommées « la Grande Muraille électronique ».

En effet, les fournisseurs de PC sont tenus d’installer un logiciel de filtrage sur les machines en vente en Chine, officiellement pour empêcher la pornographie... Le mot « Tibet » est une position du Kama Sutra, et le dalaï-lama un acteur hot, comme chacun sait ! En bref, de nombreux sites et moteurs de recherche ne fonctionnent pas (ou très mal) en Chine, à commencer par Google (et donc Gmail...), Facebook, YouTube... ce qui limite énormément l’accès au Web et son utilité pour les voyageurs étrangers, car la moindre recherche fait surtout apparaître des sites chinois... en chinois..



La meilleure période pour partir

La Chine est un pays qui se découvre toute l'année. Mais pour éviter la canicule estivale dans le sud et les températures glaciales du nord en hiver, privilégiez les saisons intermédiaires.

Le printemps, de fin avril à début juin, et l'automne qui englobe les mois de septembre et octobre, sont de bons compromis pour découvrir la Chine, du nord au sud ou inversement.

Malgré le début de la mousson sur la côte-est, la haute saison touristique s'étale sur la période qui va de mai à août. A cette époque de l'année, les tarifs des hôtels et des compagnies de transport grimpent à cause des vacances scolaires provoquant ainsi une forte affluence sur les célèbres sites touristiques.

Et malgré la basse saison entre novembre et février, le Nouvel An Chinois, qui est un événement culturel majeur sur l'ensemble du territoire, draine une foule de touristes. Pour y assister, le sud de la Chine lequel bénéficie d'un climat plus clément, est à privilégier sauf si vous avez une prédilection pour le nord du pays où les vêtements chauds sont de rigueur.


Décalage horaire

Par rapport à la France : + 6h en été, + 7h en hiver. Bien que le pays s’étende sur 60 degrés de longitude (ce qui correspond à 4h solaires), les provinces chinoises sont alignées sur l’heure officielle, à savoir celle de Pékin.

Donc quand il est 12h en France, il est 18h en Chine en été et 19h en hiver.


gif

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout