BON A SAVOIR : LADAKH




Bon à savoir

Région située dans l'État indien du Jammu-et-Cachemire, le Ladakh est bordé au nord par les montagnes de Karakorum et de Kara Tagh (prolongement des monts de Kwen-Lun), délimité au sud par une frontière artificielle située au pied du Zangskar et des chaînes de l'Himalaya, à l'est par la frontière tibétaine et à l'ouest par le Zangskar et par le Baltistān, qui fait partie de la zone occupée par le Pākistān et revendiquée par l'Inde. Région transhimalayenne, le Ladakh (113 390 km2) est une région de très hautes montagnes (2 800-4 500 m) coupée de vallées. La population, évaluée à 235 000 individus au début des années 2000, se répartit en trois groupes ethniques : les Dardi de Gilgit, les Môn du nord de l'Inde et un groupe d'origine mongole ; en fusionnant entre eux, ils ont formé la communauté des Ladakhi, synthèse d'agriculteurs et de nomades. Bouddhistes pour la plupart, les populations du Ladakh parlent un dialecte tibétain. Dans la zone de Leh, le chef-lieu de la région, les maisons sont construites dans le style tibétain traditionnel. Les vallées de la rivière Shyok et de son affluent, la Nubra, sont très fertiles, permettant une agriculture diversifiée (avoine, orge, pois, haricots, millet, colza, navets) ; à basse altitude, les Ladakhi cultivent des abricots, des noix et des mûres ; le labour est pratiqué à l'aide de dzos (race hybride de yaks et de vaches). Les hommes s'occupent du labour, du transport et de la vente des denrées alimentaires ; les femmes traient les vaches et les dzos ; elles leur donnent la nourriture et sarclent les champs.




INFOS PRATIQUES AVANT DE PARTIR


Formalités


Papiers (UE) :

  • passeport valide pendant au minimum 6 mois après le retour prévu, et disposant de 3 pages vierges (dont 2 face à face) ;

  • visa :

  • e-Tourist visa (60 jours maximum ; visa à une entrée ; formalités en ligne) ;

  • ou Regular Visa (visa à entrées multiples, et qui permet aussi de demander les permis spéciaux pour le Sikkim)

  • Éventuellement, autorisation spéciale pour certains secteurs limitrophes de la Chine.


Ouvert aux étrangers depuis 1974, le Ladakh est accessible avec un simple visa normal (e-Tourist Visa ou Regular Visa ; voir les formalités d'entrée en Inde).


Des permis spéciaux sont toutefois requis pour visiter les régions frontalières de la Chine : notamment la Nubra Valley, les lacs Tso Moriri, Tso Kar et Pangong Tso, ou encore la région de Dha-Hanu. Impossible d’obtenir ces permis soi-même, il faut passer par une agence qui se charge des démarches ; en général, il suffit d’en faire la demande la veille avant 15h-16h. Tarif : 600 à 700 ₹ par personne pour le permis seul ; l’excursion s’ajoute, mais n’est pas obligatoire (on peut rejoindre certaines de ces zones par soi-même). Attention, le permis est valide pour un minimum de 2 personnes : soit 2 indépendants, soit un touriste et son guide ; si l’on se présente seul aux postes de contrôle, on sera refoulé.


Les alpinistes ont besoin d’un permis spécial, le « Pic Fee », dont les tarifs oscillent entre US$ 100 et US$ 1 000 pour 2 personnes en fonction de la hauteur du sommet. Se renseigner auprès de l’Indian Mountaineering Foundation et s’y prendre longtemps à l’avance (au moins 3 mois), à moins de passer par une agence locale qui s’en occupera.



Langues officielles

A partir de Kargil et jusqu'à Srinagar, ils parlent un dialècte tibétain mais sont convertis à l'islam. La langue officielle du Ladakh est l'anglais, notamment pour les plus jeunes générations, mais ils parlent aussi le "Bodhi" ou "Ladakhi" (dialecte tibéto-birman), et "l'Ourdou" pour les musulmans (dialecte indo-iranien).




Electricité :

Vérifier si vous aurez besoin d’un adaptateur électrique ou d’une multiprise de voyage.

  • Adaptateur électrique: Oui

  • Prise: Type C / D / M

  • Voltage: 230 V

  • Fréquence: 50 Hz

Voltage et fréquence

Le voltage et la fréquence en Inde sont les mêmes qu’en France (230 V, 50 Hz). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils.

Les prises électriques

En Inde ont utilise des prises de type C / D / M. Prise type C peut être utilisée aussi avec la fiche mâle E et F. Pour la prise de courant D vous aurez besoin d’un adaptateur. Pour la prise de courant M vous aurez besoin d’un adaptateur.




Monnaie & change

La monnaie du Ladakh utilisée en Inde est la roupie indienne. On distingue la roupie indienne de la roupie népalaise, et il est interdit pour un non Indien de transporter les roupies indiennes vers le Népal et vice-versa.

Devise : INR

Le taux peut varier d’un jour à l’autre, en fonction des fluctuations du marché

1 Euro = de 55 à 65 INR selon les jours

1 Dollar US = de 45 à 60 INR selon les jours


Les pièces existent en coupures de 0.5, 1, 2, 5, 10 et les billets en coupures de 10, 20, 50, 100, 500 et 1000. Avant de partir, munissez-vous d’euros ainsi que de chèques de voyage pour les échanger sur place.

Assurez-vous que les billets de banques que vous emmenez soient en bon état, car les indiens sont très tatillons et n'acceptent pas les billets abîmés. Vous pouvez changer vos devises dans les aéroports mais nous vous recommandons de le faire dans les hôtels où les taux de change sont généralement plus intéressants.

Par contre il vaut mieux éviter de changer dans les banques car vous serez confrontés à une très longue attente et des heures d’ouverture parfois fantaisistes...


Vous pouvez aussi retirer des espèces avec votre carte de crédit (distributeurs de billets) dans la plupart des villes indiennes (et à présent, même à Leh-Ladakh !), mais attention aux longues files d'attente.

Pour vos paiements à Leh, les cartes de crédit sont acceptées dans les grands hôtels et dans la plupart des boutiques et magasins : Visa, MasterCard, American Express, Diners Club. Gardez au moins un bordereau de change pour reconvertir vos roupies en quittant l'Inde.



Comment aller au Ladakh ?

Le plus simple est de rejoindre Leh en avion. Chaque matin, 4 à 5 vols (assez abordables) partent de Delhi et l’on peut aussi rejoindre la ville directement depuis Srinagar, Chandigarh (Pendjab) et Mumbai. Mieux vaut réserver longtemps à l’avance et (re)confirmer sur place. L’aéroport de Leh étant dépourvu de système de guidage au sol (les pilotes atterrissent à vue), les vols dépendent des conditions climatiques...


Prévoyez 2-3 jours de battement avec votre vol international, pour parer à tout retard ou annulation, fréquents.

La route, elle, est superbe mais éprouvante. Elle n’est ouverte que de mi-mai/juin à mi-octobre, au mieux.

Par ailleurs, le ministère des Affaires étrangères déconseille formellement tout déplacement par la route depuis Srinagar pour se rendre au Ladakh ou pour le quitter.



Comment aller à Leh ?

Ce peut être un problème épineux, avions et bus étant conditionnés aux aléas climatiques.


En bus et minibus

- Bus Stand : à environ 1 km au sud du centre. La plupart des bus locaux, minibus et taxis collectifs partent de là. On y trouve la J & K State Road Transport Corporation (J & K SRTC), entreprise d’État du Jammu-et-Cachemire (tél. : 25-20-85), et la Ladakh Bus Operators Co-Operative (LBOC), privée (tél. : 25-27-92). Si la 1re dessert l’ensemble du Ladakh et au-delà, la 2de offre moins d’options : vallée de l’Indus jusqu’à Lamayuru, vallée de Dhahanu (celle des Aryens), lac Pangong surtout. Leurs bureaux sont planqués au fond du parking des bus, dans la zone grillagée.


Les bus pour Choglamsar partent, eux, de la porte de la ville, environ 200 m plus haut.


Vers Manali et Srinagar, la HPTDC, l’entreprise d’État de l’Himachal Pradesh(l hptdc.in l, mais on ne trouve pas ttes leurs liaisons en ligne), propose des bus deluxe. Son bureau est situé au centre :Fort Rd, presque en face du Yak Tail Hotel, au 1er étage. Portable : 94-18-69-12-15 ou 94-18-07-80-19. Ouvert de juin à octobre seulement.


- Srinagar, via Kargil(434 km) : la route, presque entièrement goudronnée, ouvre selon les années entre fin avr et mi-juin, pour fermer en général en oct-nov (parfois plus tard). J & K SRTC assure 1 départ/j. vers 14h (750-1 300 ₹ selon la catégorie), parfois 2 selon la demande. Durée : environ 18h non-stop. Les minibus et taxis partagés, qui partent généralement vers 16h-17h et roulent de nuit (arrivée vers 8h le lendemain), coûtent entre 1 000 et 1 500 ₹. Sinon, certains s’essaient au stop : les camionneurs y sont assez enclins et prennent généralement les voyageurs gratuitement (sécurité non garantie !).


- Manali, via Keylong(473 km) : De juil à mi-sept en principe (mais tout dépend de la météo), 1 bus deluxe tous les 1-3 jours (2 en général) de la HPTDC, vers 5h (2 900 ₹ avec dortoir et repas à Keylong) ; et 1 autre, tous les jours, à la même heure, de mi-mai (ou juin) à mi-oct, avec J & K SRTC (environ 730 ₹ pour le trajet seul). Durée : environ 21h hors escale. Les minibus privés de Tempo Travellers circulent tous les jours sans arrêt en haute saison : départ vers 16h, arrivée à Manali le lendemain dans la matinée. Là, il en coûte 1 200 à 3 000 ₹ selon la demande (plus cher en juil-août...). Et en taxi collectif ou minibus : environ 2 000 ₹.


- Delhi : là, c’est du masochisme... Compter près de 40h de voyage (1 040 km) et 1 700-1 800 ₹ (nuit à Keylong à votre charge).


- Dans la vallée de l’Indus et au Ladakh : consultez chaque localité pour les informations spécifiques. Les billets



Comment visiter la vallée de l'Indus ?

Visiter la vallée de l’Indus, c’est avant tout visiter ses monastères – tout en se rappelant que beaucoup ne sont pas situés sur le fleuve même, mais sur les hauteurs, dans les replis de vallées tributaires. Seuls Spituk, Shey, Thiksé et Phyang peuvent être vus dans la journée depuis Leh par les transports en commun. Pour les autres, ça se complique : les rares minibus partent généralement des villages le matin et reviennent de Leh en fin de journée... l’inverse de ce qu’il faudrait, donc, à moins de dormir sur place (ce qui n’est pas partout possible). Il est beaucoup plus simple – et confortable – de louer un taxi à la journée, qui vous déposera à l’entrée même des monastères et vous évitera ainsi les (souvent) longues grimpettes depuis la route ou les villages où s’arrêtent les minibus. On peut ainsi combiner la visite de plusieurs monastères.

N’hésitez pas à passer à l’office de tourisme pour vous faire confirmer que les bus existent bien : les changements sont réguliers et allaient plutôt récemment dans le sens d’une disparition que d’une augmentation des rotations...


La route entre Leh et Manali

C’est la 2e route la plus haute du monde, ouverte à la fin des années 1980. Les motards l’adorent. Mais si les paysages sont grandioses, quelques précisions s’imposent !


- Longue de 473 km, la route Leh-Manali franchit 4 cols majeurs, dont le Tanglang La à 5 303 m et le Lachuglang La à 5 065 m ! Attention au mal d’altitude.


- Grosso modo, la route est ouverte de mi-mai ou juin à mi-octobre pour les taxis et les minibus. Les bus, eux, ne circulent que de mi-juin ou juillet à fin août/mi-septembre. Cela dit, la route peut être coupée quelques jours en été en raison de chutes de neige... ou ouverte au début de l’hiver s’il neige peu.

Elle est en grande partie goudronnée (sauf sur 150 km) et devrait l’être entièrement d’ici à 2020.

Autre révolution annoncée : l’inauguration d’un tunnel sous le Rothang La, qui devrait réduire le trajet d’environ 60 km de lacets boueux...


- Il n’y a, pour ainsi dire, aucun village, entre Rumtsé et Darcha (sur 250 km). Avant et après, on trouve de modestes gargotes pour se caler l’estomac ainsi que de petites échoppes où acheter biscuits et boissons. Faites des provisions avant le départ.


- Les taxis (collectifs) et minibus font généralement le trajet en 1 journée, ce qui est d’autant plus éprouvant et... dangereux. En taxi, l’idéal est de partir à 4 personnes, plus le chauffeur, mais certains essaient d’enfourner jusqu’à 8 passagers...

Certes, ça revient moins cher qu’avec HPTDC (environ 2 000 ₹), mais bonjour le confort ! Mieux vaut le minibus (même prix).


- Les bus font habituellement le trajet en 2 jours, avec 1 nuit en route. Préférez, même si c’est plus cher, les deluxe de la HPTDC, qui disposent de 2 chauffeurs pour se relayer (contrairement aux bus locaux privés). Ils circulent environ 1 jour sur 2, de juillet à début ou mi-septembre ; résa conseillée 2-3 jours avant.

Tarif : 2 900 ₹, comprenant en dortoir la nuit et les repas à l’hôtel Chandra Bhaga (pas génial) à Keylong, la capitale du Lahul (120 km de Manali).

Autre choix : le bus J & K SRTC, de mi-mai ou juin jusqu’à octobre en général (730 ₹ sans hébergement).


- Certaines agences affrétant des minibus en été proposent, alternativement, de passer la nuitsous tente à Sarchu (220 km de Manali), à 4 300 m. Draps et couvertures sont fournis mais, la nuit, ça caille... Si l’on arrive de Manali, la différence d’altitude est difficilement tolérable par l’organisme ; dans ce cas, on privilégiera la halte à Keylong, Sissu (avant) ou Jispa (après).




Santé

- Sonam Norboo Memorial Hospita : à environ 1,5 km au sud du centre-ville, après la gare routière. Tél. : 25-20-14 ou 25-36-29 (urgences).

Le tourist ward dispose d’oxygène pour ceux qui se sentent mal (et c’est gratuit !). On peut aussi y consulter un généraliste ; compter 2-3h d’attente.

- Pharmacie : Het Ram Vinay Kumor, Main St Bazar. Du lundi au samedi 8h30-20h30 (21h30 en été), sauf lunch break ; dimanche 11h30-15h30.


Le mal d'altitude

En arrivant à Leh (3 500 m) en avion depuis Delhi, près de 2 personnes sur 3 souffrent du mal d’altitude. Si tout est question de sensibilité personnelle, on se retrouve généralement K.-O. pendant 1 ou 2 jours (ou 3), avec des maux de tête, voire des nausées, des étourdissements, une difficulté à manger et à dormir. Il existe des traitements préventifs à base d’aspirine, qui fluidifie le sang et allège ainsi les symptômes.


S’ils persistent ou s’aggravent (maux de tête violents, vomissements, syncopes à répétition), consultez un médecin de l’hôpital de Leh, il y a des risques d’œdèmes pulmonaires et même cérébraux pour les gens à la santé déjà fragile. Les agences sérieuses, les meilleurs hôtels et certaines pharmacies ont des bouteilles d’oxygène à disposition.


- Quelques conseils : bien dormir avant le départ pour Leh. Sur place, boire de l’eau plate ou du thé nature (2-3 l par jour), éviter le café et l’alcool, manger peu, respirer lentement et surtout ne pas s’agiter – ni courir bien sûr !

Prévoir 2-3 jours d’acclimatation avant d’entreprendre un trek. On peut avaler 1 ou 2 cachets d’aspirine et utiliser des somnifères légers le temps de s’acclimater. Les femmes enceintes éviteront le Ladakh. Et ceux qui envisagent de visiter la vallée de Nubra ou les lacs de Pangong et Tso Moriri (plus hauts en altitude) iront plutôt en fin de séjour.



Moyens de communication au Ladakh

Courrier postale au Ladakh

L’envoie de courrier à l’étranger est plutôt bien géré par la poste indienne et cela reste un moyen de communication international efficace. Il faut compter environ 10 jours pour un envoie de courrier à l’étranger en envoie normal.

L’heure d’ouverture des bureaux de poste peut varier suivant la taille des villes, le plus généralement l’heure d’ouverture est comprise entre 8h30 et 18h00.


Appel au Ladakh

L’indicatif pour un appel de France vers l’inde est +91 (ou 0091) suivie du code de l’état et du numéro de la personne que vous voulez appeler.

À l’inverse, pour appeler la France depuis l’Inde, il faudra utiliser l’indicatif +33 (ou 0033) suivi du numéro de la personne que vous cherchez à joindre.


Réseau téléphonique du Ladakh
Il est important de vérifier avant votre départ vos options pour les appels à l’international et pourquoi souscrire à une option monde qui vous permettra de lancer ou recevoir des appels Inde / France.

Une autre option s’offre à vous, celle d’acheter une carte Sim locale à condition d’avoir débloquer votre téléphone préalablement. Des boutiques de téléphonie se trouvent facilement à Leh ainsi que dans la plupart des villes de la vallée de l’Indus. Vous trouverez aussi des téléphones publics dans certaines villes.

Faites attention, la communication hors des villes, dans les campagnes et les vallées reculées comme le Zanskar peut être très difficile voir même inexistante.eau téléphonique du Ladakh


Réseau Internet au Ladakh

Une connexion à Internet est possible dans les villes principales du Ladakh, mais les pannes d’électricité sont fréquentes et la connexion très lente, prenez votre mal en patience !



La meilleure période pour partir

Le district du Ladakh est soumis à un microclimat spécifique par rapport au reste de l'Inde. Cette région reste, en effet, sèche toute l'année, et ne subit que très rarement la mousson. Par ailleurs, en raison de l'altitude, les températures sont bien plus basses qu'ailleurs en Inde. Ainsi, alors que l'on évitera de se rendre en Juillet/Août en Inde, cette même période sera idéale pour se rendre au Ladakh. En Juillet/Août, à 3 500 m d'altitude, la température peut atteindre 30 °C en journée et elle est rarement en dessous de 5 °C la nuit. En hiver, les températures sont, au contraire, très basses et peuvent atteindre -25 °C. Comme le climat reste sec toute l'année, la neige reste limitée. Il est donc tout à fait envisageable de se rendre au Ladakh en hiver (Décembre), si l'on ne craint pas le froid. L'intersaison est certainement la meilleure saison si l'on désire fuir la fréquentation touristique. Toutefois, il est à savoir que les piedmonts himalayens peuvent être très enneigés durant les mois d'hiver, ce qui condamne tous les accès au Ladakh par la route. L'avion sera alors la meilleure option pour rejoindre le Ladakh, via l'aéroport de Leh.


La meilleure période pour voyager au Ladakh est de juin à septembre. Il fait froid d'octobre à mai et même très froid de décembre à février. Le trekking pourra idéalement être pratiqué de mai à septembre.


Décalage horaire

Ladakh est positionné dans le fuseau horaire UTC/GMT+5.5 toute l'année. Cependant, malgré aucun changement de fuseau horaire, le système d'heure d'été étant en vigueur en France, le décalage horaire entre Ladakh en Inde et la France est différent selon les mois

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

INDE