BON A SAVOIR - Nouvelle-Zélande



En savoir plus sur la Nouvelle-Zélande


Bon à savoir

Composée de deux îles principales, la Nouvelle-Zélande est une destination idéale pour les amoureux d’aventures physiques et de sports de plein air. Offrant au nord des forêts touffues et des volcans, tandis que l’île du sud possède des sommets enneigés, elle fait aussi de plus en plus de place à la culture maori ; elle vous séduira également avec ses superbes plages, ses milliers de moutons, sa population très chaleureuse, et vous pourrez pratiquer de nombreuses activités comme le rafting, le saut à l’élastique, le ski, et bien d’autres.


INFOS PRATIQUES AVANT DE PARTIR


Formalités d'entrée


Passeport

Les ressortissants français, belges, suisses et canadiens peuvent séjourner en Nouvelle-Zélande jusqu’à 3 mois sans visa, à condition d’avoir un passeport en cours de validité pendant la durée du séjour, un billet d’avion de retour ou de continuation. Il faut aussi pouvoir prouver que l'on dispose de moyens suffisants pour son séjour.

Si vous séjournez plus de 3 mois, un visa sera requis. Consultez le site immigration.govt.nz pour voir si vous avez besoin d'un visa.

Attention : pour travailler, il faut il visa spécial de travail (Work Visa, Resident Visa ou Working Holiday Visa, voir plus bas).


NZeTA (New Zealand Electronic Travel Authorization)

L’obtention d’une NZeTA (New Zealand Electronic Travel Authority, autorisation électronique de voyage) est obligatoire pour les Français, Belges, Suisses et Canadiens depuis le 1er octobre 2019. Cette NZeTA doit être obtenue avant le départ. Elle doit être demandée en ligne, ou encore depuis une appli mobile, qui permet de numériser la bande MRZ du passeport et sa photo d'identité (pratique). La demande en ligne coûte 12 NS$, celle via l'app seulement 9 $NZ.

Les autorités néo-zélandaises recommandent de faire la demande de NZeTA bien avant le départ pour la Nouvelle-Zélande. Le traitement d’une demande peut prendre jusqu’à 72h.

Il faut notamment renseigner des informations relatives au passeport, et répondre à quelques questions d'éligibilité. Il faut en outre télécharger en ligne une copie de son passeport.

La NZeTA a une durée de validité de 2 ans, et permet des entrées multiples.


Une taxe touristique et pour la préservation de la nature

Une taxe touristique et pour la préservation de la nature (IVL, International Visitor Conservation and Tourism Levy) a été introduite en même temps que la NZeTA. Elle est obligatoire pour tous les voyageurs se rendant en Nouvelle-Zélande. Elle coûte entre 35 NZ$ par personne. Elle est à régler en même temps que la NZeTA.


Obtention du NZeTA par une agence

- Action-Visas.com : cette agence sérieuse s’occupe d’obtenir votre NZeTA pour cette destination. Délais rapides, traitement immédiat du dossier dès réception (aucune attente) et service fiable. Pour la province, demandez le par correspondance. Les commandes peuvent s’effectuer sur le site Internet qui est actualisé quotidiennement et vous recevrez directement les formulaires et la liste des pièces à fournir. Réception d’un courriel sur votre messagerie à chaque étape du processus d’obtention .


Douane

Afin de préserver l'écosystème local, les douaniers sont très vigilants en matière de bio-sécurité. Il est interdit d'introduire les produits suivants : fruits et légumes frais, plantes, viandes, produits laitiers... (liste non exhaustive). Les contrevenants risquent une amende. Et de toute manière, autant acheter local, puisque toutes les denrées concernées sont produites sur place. Attention, même les chaussures de randonnée et le matériel de camping doivent être déclarées et peuvent faire l’objet d’une désinfection si elles sont trop crottées...



Langues officielles

Contrairement à la France qui n’a qu’une seule langue officielle, la Nouvelle-Zélande en possède 3. En effet, en dehors de l’anglais qui reste de loin la langue la plus parlée (98% de la population), les deux autres langues officielles sont le Maori et la langue des signes.

La langue Māori, autrefois réservé aux habitants des villages les plus reculés, est désormais de plus en plus répandu. Cela est notamment dû à la création de la chaîne TV Māori Télévision et des écoles bilingues. La langue des signes a été distinguée langue officielle en 2006 et est également enseignée à l’école. Cela permet d’inclure les citoyens sourds muets qui représentent tout de même 400 000 Néo-Zélandais comme la toute première députée sourde élue en 2011.

En dehors des langues officielles, certaines langues sont également fortement pratiquées. On peut ainsi trouver des personnes parlant le samoan, l’Hindi, le mandarin et le français, qui arrive en dernière position avec 49 000 pratiquants.




Electricité :

Vérifier si vous aurez besoin d’un adaptateur électrique ou d’une multiprise de voyage.

  • Adaptateur électrique: Oui

  • Prise: Type I

  • Voltage: 230 V

  • Fréquence: 50 Hz

Voltage et fréquence

Le voltage et la fréquence en Nouvelle-Zélande sont les mêmes qu’en France (230 V, 50 Hz). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils.

Les prises électriques

En Nouvelle-Zélande ont utilise des prises de type I. Pour la prise de courant I vous aurez besoin d’un adaptateur.




Argent & budget

- La monnaie est le dollar néo-zélandais. Les billets, en polymère (plastifiés) comme en Australie, existent en coupures de 100, 50, 20, 10 et 5 NZ$. Il existe 5 pièces différentes : 10, 20 et 50 c, 1 et 2 NZ$.


- La carte bancaire est le meilleur moyen de paiement à l’étranger. Les cartes Visa et MasterCard sont acceptées partout, contrairement à l’American Express ou la Diners Club. Elles comportent en plus une assurance qui couvre le voyageur durant son séjour, y compris dans certains cas pour les voitures de location (mais en aucun cas les camping cars ou dérivés).

- Les chèques de voyage sont sûrs, remplacés en cas de vol, et leur taux de change est en général plus favorable que celui des devises. Reste que, malheureusement, il n’en existe pas en dollars néo-zélandais. Ceux qui y tiennent en prendront en dollars australiens. Petit conseil : changez ou encaissez vos chèques de voyage dans les bureaux American Express ou Thomas Cook qui ne prélèvent aucune commission sur leurs propres chèques. Sinon, comparez les commissions bancaires qui peuvent largement varier selon les banques.


- Banques : les plus grandes banques néo-zélandaises - ANZ, ASB, Bank of New Zealand, National Bank of New Zealand - possèdent des succursales dans tout le pays, équipées de distributeurs automatiques accessibles 24h/24.

- Le change classique se fait essentiellement dans les banques et les bureaux de change (moins avantageux dans les aéroports que dans les centres-villes.


Budget en Nouvelle-Zélande

Le coût de la vie est un peu inférieur à celui que l'on connaît en Europe, mais proportionné aux salaires, qui sont eux aussi plus bas. Pour être réaliste, il faut prévoir au minimum un budget quotidien d’au moins 100 NZ$ (environ 60 €) par jour et par personne, hébergement en petit hôtel ou motel inclus. On peut toutefois dépenser bien moins si on s’en tient aux AJ, aux sandwiches et à l'auto-stop… Pour faire ses courses, les supermarchés Pack n’ Save sont les moins chers... mais les ventes - comme le nom l'indique - se font surtout par lots.


Hébergement

Bonne nouvelle : l’hébergement est assez abordable en Nouvelle-Zélande.

- Bon marché : il existe quasiment partout des auberges de jeunesse et des logements bon marché destinés aux backpackers. Comptez entre 20 et 30 NZ$ la nuit en dortoir de 3 à 8 personnes en moyenne, et 60 à 80 NZ$ par chambre double. - Prix moyens : pour une chambre double en motel ou en hôtel de chaîne, prévoyez entre 80 et 120 NZ$. - Plus chic (Auckland et Wellington surtout) : comptez au moins 150 NZ$ pour un hôtel équivalent à un 3-étoiles, et jusqu'à 250 NZ$ pour un équivalent 4-étoiles.


Restauration

- Bon marché à prix moyens : pour un repas léger dans un café, prévoyez 10 à 15 NZ$ le midi. Sandwiches de 5 à 10 NZ$. - Plus chic : 20 à 50 NZ$, vin non compris. - Petit-déjeuner à l’hôtel : 10 à 20 NZ$. - Un café : 3,50 à 4 NZ$.


Pourboire

En Nouvelle-Zélande, il n’est pas d’usage de donner des pourboires, sauf dans certains grands restaurants (jusqu’à 10 % de l’addition, selon le service).



Circuler en Nouvelle-Zélande


En avion : Le pays est bien desservi par la voie aérienne, ce qui se révèle fort utile étant donné les longues distances à parcourir entre le nord de l’île du Nord et le sud de l’île du Sud. Beaucoup de voyageurs tracent peu à peu leur route vers le sud en voiture de location ou en transports en commun, avant de regagner Auckland en avion, à la fin de leur séjour. Dans le principe, rien n’interdit de faire le circuit du sud vers le nord, même si le caractère grandiose du Fiordland (sur l'île du Sud) pousse à y terminer son voyage.


En train : Le réseau privé Kiwi Rail Great Journeys est confortable et assez rapide, mais il est peu étendu et les tarifs sont assez élevés.

  • La ligne Northern Explorer, au nord, relie Wellington à Auckland.

  • La Coastal Pacific, au sud, fait Christchurch-Picton.

  • La TranzAlpine, au sud toujours, fait Christchurch-Greymouth.


En Bus : La compagnie la plus importante est InterCity, présente sur les 2 îles.

L'Intercity Flexi-Pass permet de voyager sur l’ensemble des 2 réseaux pendant un an avec d'importantes réductions. Le pass se recharge comme une carte téléphonique.

Il existe aussi des pass régionaux ou nationaux avec itinéraire prédéterminé : le Travelpass propose 15 itinéraires en bus parcourant les 2 îles, incluant la liaison en bateau entre les 2 îles.

Autre option, Skip Bus, valable seulement pour l’île du Nord.

Attention, les réservations sont impératives en été. Formule intéressante dans les zones mal desservies par les autres compagnies, comme sur la West Coast (sur l'île du Sud). C'est l’occasion de faire des rencontres, mais ne vous attendez pas à beaucoup de calme… Parmi ces bus pour routards, citons Kiwi Experience.

De nombreuses petites compagnies locales proposent des liaisons point à point entre des villes spécifiques ou vers les parcs nationaux, par exemple.



En voiture : La conduite est à gauche.

Le permis de conduire français doit être accompagné du permis international, à se procurer avant le départ de France.

Vitesses maximales autorisées : 100 km/h sur les routes, 60 ou 70 km/h à l’approche des agglomérations, et 50 km/h en ville.

Le réseau est en bon état. Les routes sont assez lentes : beaucoup de collines et de montagnes et peu d’autoroutes au programme. Ça vous donnera le temps de voir voleter les papillons… Dans les coins reculés, pas mal de routes ne sont pas goudronnées, mais elles restent bien entretenues. La signalisation est de bonne qualité. Les contrôles sont fréquents, les excès de vitesse et l'alcoolémie au volant (80 mg/100 ml de sang) sanctionnés par de lourdes peines.

Les locations de voitures sont un peu chères. Si on loue une voiture, mieux vaut vérifier que le contrat de location autorise la circulation sur les voies non goudronnées. Si l’on reste plusieurs mois, on peut toujours envisager d’acheter un véhicule pour le revendre en fin de séjour, mais ce n'est pas toujours évident...


Louer une voiture


En Vélo: Les Néo-Zélandais sont des fous de sport et le vélo ne fait pas exception à la règle : on croise un peu partout des cyclistes surchargés sous le poids de leurs bagages pédalant avec concentration le long d’un interminable faux plat. Ceux que ne rebute pas cette introduction adoreront la Nouvelle-Zélande : la faible circulation, la beauté des paysages et l’abondance de sites où camper (sauvagement ou non) en font un vrai paradis du cycliste au long cours. On trouve des locations un peu partout, mais on peut aussi très bien apporter sa petite reine avec soi.


En stop : La Nouvelle-Zélande est un pays plutôt sûr et ses habitants sont amicaux ; le stop s’y pratique avec pas mal de succès. Reste que cela devient assez difficile lorsqu’on s’éloigne des grands axes. Patience...



Santé

Il n’y a pas le moindre danger d’un point de vue sanitaire en Nouvelle-Zélande. Aucun vaccin n’est exigé pour entrer dans le pays.

Sur place, contentez-vous de faire attention aux coups de soleil, protégez-vous avec une crème solaire à indice élevé (même par temps gris), surtout au Sud, où l’on approche le trou dans la couche d’ozone. Et buvez régulièrement de l’eau.

En Nouvelle Zélande, les bébêtes sont totalement inoffensives, elles ne sont pas venimeuses. Vous ne risquez pas, comme en Australie, de rencontrer un crocodile d’estuaire, une araignée mortelle ou un méchant requin et les kiwis ne mordent pas ! Ici, il n’y a même pas de serpents. Restent les piqûres d'insectes. Même si elles ne sont jamais très graves, elles peuvent être désagréables. En été, attention à la sand fly, un minuscule petit insecte dont la piqûre démange furieusement, et qui laisse des traces durables.

Prévoyez quand même une assurance de rapatriement sanitaire.

Urgences

Un seul numéro : le 111, où l’on vous dirige vers le service adéquat - police, pompiers ou services médicaux (ambulances).



Téléphonie et internet

Téléphone

- De la France vers la Nouvelle-Zélande : 00 (tonalité) + 64 + numéro du correspondant. - De la Nouvelle-Zélande vers la France : 00 + 33 + le numéro du correspondant sans le 0. - De la Nouvelle-Zélande vers d'autres pays étrangers : la Belgique : 32 ; la Suisse : 41 ; le Canada 1.

La Nouvelle-Zélande dispose d'un très bon réseau de télécommunications. On peut téléphoner de cabines publiques (à cartes) ou depuis les hôtels (plus cher) sans problème. Notez qu'il est vraiment avantageux d’acheter une carte prépayée (callcard) et non l’une de celles des télécoms néo-zélandais.

Enfin, certains opérateurs incluent la Nouvelle-Zélande dans leurs zones de couverture gratuite, renseignez-vous !


Internet

La Nouvelle-Zélande est l’un des pays les plus connectés à l’Internet. Plus de la moitié de la population a accès à la 4G. Toutefois (pour un problème de câblerie sous-marine paraît-il), la navigation peut sembler un peu lente au regard de nos habitudes de surfers occidentaux.

Pour trouver du wifi, rendez-vous dans tous les grands hôtels, les aéroports ou encore certains centres villes.



La meilleure période pour partir

En un coup d'oeil

Partez à la découverte de la culture maorie au pays du rugby. La meilleure période pour partir en Nouvelle-Zélandes’étend de décembre à mars. C’est en effet la période où il y fait le plus chaud. Les mois d'avril et de novembre sont également très agréables. Le premier correspond au début de l'automne, à l'été indien ; le deuxième au milieu du printemps. On privilégie donc cette période pour découvrir ce somptueux pays et pratiquer de nombreux sports d’aventure. L’hiver, non seulement les températures sont plus froides, mais le vent souffle fortement. On choisit en revanche cette période pour pratiquer les sports d’hiver.


Partir en Nouvelle-Zélande l'hiver

L'hiver en Europe correspond à l'été en Nouvelle-Zélande. Si vous voulez échapper au grand froid, quoi de plus présent que de vous réfugier sous le soleil néo-zélandais ? Tout le pays peut alors se visiter et vous pourrez pratiquer de nombreux sports, tels le surf, le kayak, la plongée, la randonnée à pied ou à vélo, etc.


Partir en Nouvelle-Zélande au printemps ou à l'automne

Les mois d'avril et de novembre sont très agréables en Nouvelle-Zélande. Avril correspond au début de l'automne. C'est l'été indien et la végétation est alors magnifique. Novembre, c'est le milieu du printemps, avec des températures des plus clémentes.


Partir en Nouvelle-Zélande l'été

De juin à août.

L'été européen correspond à l'hiver en Nouvelle-Zélande et à la basse saison. Les températures peuvent en effet être très froides et les pluies sont fréquentes, surtout dans le Sud. Si vous partez en cette saison, vous pourrez cependant skier ou pratiquer toute autre activité sportive hivernale. Le ski se pratique dans la région d'Auckland et de Wellington, sur l'Ile du Nord et l'Ile du Sud. Toutefois, pour profiter au mieux de tout ce que la Nouvelle-Zélande a à offrir, nous vous conseillons d'y partir l'hiver (l'été néo-zélandais).



Décalage horaire

La Nouvelle-Zélande est en avance de 11h fin mars/début avril et en octobre, 10h d’avril à septembre ou 12h de novembre à mars sur la France. Le pays observe l’heure d'été (+ 1h) de fin octobre à début mars.






gif

3 vues0 commentaire