BOTSWANA




Bon à savoir

Le Botswana est un pays enclavé de l’Afrique australe. Le désert du Kalahari et le delta de l’Okavango recouvrent la majorité de son territoire, et offrent aux animaux une végétation luxuriante pendant les inondations saisonnières. L’immense réserve de chasse du Kalahari central, avec ses vallées fossiles asséchées et ses prairies vallonnées, abrite de nombreuses espèces comme des girafes, des guépards, des hyènes et des chiens sauvages. Les safaris sont une activité très pratiquée au Botswana.

INFOS PRATIQUES AVANT DE PARTIR


Langues officielles

Les langues officielles du Botswana sont l'anglais et le tswana. Le tswana est la langue usuelle. 45 % de la population parle couramment l'anglais, en seconde langue, et 2,8 % de la population parle anglais en langue maternelle




Electricité :

Vérifier si vous aurez besoin d’un adaptateur électrique ou d’une multiprise de voyage.

  • Adaptateur électrique: Oui

  • Prise: Type D / G / M

  • Voltage: 230 V

  • Fréquence: 50 Hz

Le voltage et la fréquence au Botswana sont les mêmes qu’en France (230 V, 50 Hz). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils.

Au Botswana ont utilise des prises de type D / G / M. Pour la prise de courant D vous aurez besoin d’un adaptateur. Pour la prise de courant G vous aurez besoin d’un adaptateur. Pour la prise de courant M vous aurez besoin d’un adaptateur.


Type D: marche aussi

avec la fiche mâle M

Type G



Type M



Monnaie & change

La monnaie au Botswana est unique à ce pays: c’est le pula, dont la somme est précédée du signe « P », ou « BWP ».

Officiellement, le pula est la seule monnaie au Botswana. Mais en réalité, le rand d’Afrique du Sud est parfois accepté en raison de sa stabilité, qui le rend précieux. Ne vous inquiétez donc pas si vous vous retrouvez avec des rands dont vous ne savez quoi faire !

Aujourd’hui, 1 euro se convertit pour environ 12 pula, ce qui est bien inférieur au rand. 100 pula valent à peu près 8€. Autrement dit, la vie coûte plus cher, donc votre voyage au Botswana aussi…

Le plus simple pour obtenir de la monnaie au Botswana est de se rendre dans une banque ou un bureau de change. Dans les agences bancaires, vous pourrez retirer de l’argent liquide selon les frais appliqués par votre banque. Sachez qu’il est parfois possible de souscrire à des options internationales avant votre voyage au Botswana, et même pour des courtes durées, afin de pouvoir utiliser les distributeurs automatiques gratuitement. Si vous préférez importer des devises pour les échanger dans un bureau de change, n’oubliez pas de les déclarer à la douane. Mais une fois sur place, vous n’aurez aucun problème pour obtenir des pula à partir d’euros, de dollars ou de rands. Vous risquez de perdre au change, par contre…

Il est essentiel de savoir que dans la plupart des endroits touristiques, seul le paiement en liquide est possible. Mais au moins, toutes les devises sont acceptées: euros, dollars américains, livres anglaises, rands sud-africains… Tout est bienvenue ! Certains acceptent encore les paiements par carte, notamment les hôtels, restaurants et organisateurs de safaris, mais ce n’est pas toujours le cas. Il faut donc bien se renseigner avant de partir à l’aventure les poches vides. D’autant plus que dans certains endroits, les distributeurs de billets ne courent pas les rues… Faites aussi attention au réseau de votre carte: tandis que Visa et MasterCard sont plutôt répandus, American Express est plus rare.



Circuler au Botswana

En avion : Les vols intérieurs d'Air Botswana desservent les principales villes du pays mais coûtent cher.


En train : La seule ligne de chemin de fer existante (fiable et peu onéreuse) traverse le pays de la frontière zimbabwéenne à la frontière sud-africaine (Francistown-Gaborone-Lobatse).; vous n'irez pas vite, mais vous découvrirez tout à votre aise les vastes étendues de brousse.

En autocar : Les bus empruntent 6 grands itinéraires. On peut rejoindre Gaborone en bus depuis Johannesburg avec Intercape (1 bus par jour vers midi ; 260-350 rands ; compter environ 6-7h de trajet). Seul hic : les chauffeurs se doublent de prêcheurs zélés et passent en boucle de mauvais films chrétiens américains !

Si, après le Botswana, vous envisagez de visiter les chutes Victoria et la Namibie, vous pourrez profiter de leur ligne reliant Livingstone (côté zambien des chutes) à Windhoek. 2 bus par semaine ; trajet environ 20h-21h ; tarif : 590-730 rands. Il passe par la bande de Caprivi.

En bateau : Le ferry de Kazungula traverse le fleuve Zambèze au nord du pays et mène en Zambie. C’est le chemin le plus court depuis le parc Chobe (Kasane) jusqu’à Livingstone. Un autre ferry relie Kazungula à Katima Mulilo (bande de Caprivi, Namibie).


En voiture : louer une voiture sur place. La voiture permet une traversée rapide sur l'excellent réseau goudronné, mais beaucoup moins facile sur les routes secondaires, en mauvais état ; dans les régions sauvages, attendez-vous à une véritable expédition. Soyez vigilants : outre le fait que l'on conduit à gauche, les animaux (domestiques et sauvages) sont à l'origine de nombreux accidents.

Pour louer une voiture au Botswana, il faut avoir un permis de conduire international et 21-23 ans minimum. Le conducteur doit avoir son permis depuis au moins un, voire jusqu’à 3 ans. En tout état de cause, les conducteurs de moins de 25 ans sont soumis à des frais supplémentaires. Les grandes agences comme Europcar, Hertz, Avis et Budget sont présentes dans le pays. L'assurance est fortement conseillée.



Santé
Vaccins obligatoires

La vaccination contre la fièvre jaune est maintenant exigée pour les voyageurs ayant récemment séjourné, voire simplement transité dans un des pays d'Afrique sub-saharienne ou d'Amérique latine où la maladie peut sévir (même si le vaccin n'y est pas obligatoire).

Vaccins conseillés

Comme toujours et partout, il est important d'être immunisé contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite, les hépatites A et B et, selon les conditions de voyage la typhoïde et la rage.

Paludisme

Il est présent partout en brousse, mais aussi en ville, sous une forme sévère. La première des protections est la protection individuelle contre les piqûres de moustiques (et d’autres insectes) : répulsifs adaptés, vêtements couvrants, moustiquaires imprégnées. Elle sera complétée par la prise d'Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques) ou de Doxycycline selon les schémas habituels. Compte tenu du risque d'effets indésirables, la prescription de méfloquine (Lariam) ne sera proposée aux voyageurs qu'en cas de bonne tolérance lors de voyages antérieurs ou de contre-indication aux autres médicaments actifs.

Infos pratiques

Les infrastructures sanitaires sont satisfaisantes à Gaborone et à Maun et des pistes d’atterrissage sont utilisables partout en brousse. En cas de problème grave il est important de prendre contact, avant toute décision, avec la compagnie d’assistance et les services compétents de l’ambassade de France



Téléphonie et internet

Pour appeler du Botswana vers la France, composez le +33 suivi du numéro de votre correspondant sans le 0.

Pour appeler de France vers le Botswana, composez le +267 devant le numéro de votre correspondant.

Dans la brousse, la connexion est très mauvaise, et parfois même inexistante. Les self-drivers doivent être attentifs, car certains lodges ou camps vous demanderont de confirmer votre arrivée, profitez donc des rares accès au réseau pour faire le point sur vos réservations.

Il est possible d'emporter son téléphone au Botswana. Les opérateurs locaux (Mascom et Orange) font le relais grâce au roaming. La couverture est très satisfaisante dans l'ensemble du pays autour des villes, mais inexistante dans les endroits reculés comme les réserves naturelles.

la facture risque de s'élever très vite si le voyageur consulte son répondeur. Avant de partir, pensez à activer l'option internationale, généralement gratuite, en appelant le service clients de votre opérateur. Une autre solution, lorsqu'aucun forfait international n'a été souscrit, consiste en l'achat d'une puce locale qui ne coûte que 20 pulas. Cette solution est bien plus économique mais requiert un téléphone qui soit " désimlocké ".



La meilleure période pour partir

La première chose qu’il faut savoir pour bien comprendre le climat au Botswana, c’est que le pays est situé dans l’hémisphère sud, au niveau du tropique du Capricorne. Conclusion: les saisons sont inversées. Même si le climat au Botswana est semi-aride, ce qui implique des températures élevées la plupart du temps, il existe cependant des variations selon les saisons. Il faut surtout prêter attention à la pluie et aux déplacements des animaux.

L’été, qui s’étale entre novembre et mars, correspond à la saison des pluies, et l’humidité et la chaleur sont alors très élevées, les crues pouvant rendre les routes impraticables.


La saison sèche s’étend d’avril à octobre, avec des températures autour de 25°C la journée, pouvant descendre à 0°C pendant la nuit en juillet. Des vents de sable venus de l’ouest soufflent souvent au mois d’août. Pendant cette période d’hiver, les journées sont ensoleillées et plus douces, et c’est le moment le plus propice pour une visite agréable du pays.


Aussi, les périodes recommandées pour un voyage au pays sont celles qui évitent à la fois les fortes chaleurs et les grosses précipitations. Dans l'année, elles s'étalent d'avril à septembre, c'est-à-dire de la fin de la saison printanière au début de l'automne.


Décalage horaire

Gaborone au Botswana est positionné dans le fuseau horaire UTC/GMT+2 toute l'année. Cependant, malgré aucun changement de fuseau horaire, la France appliquant le système d'heure d'été, le décalage horaire avec Gaborone s'en retrouve affecté comme vous pouvez le voir dans le graphique ci-dessous.


De Janvier janvier à Mars : +1h de décalage heure d'hiver en France (UTC+1)

De Mars à Octobre : +0h de décalage heure d'été en France (UTC+2)

De Octobre 2021 à décembre : +1h de décalage heure d'hiver en France (UTC+1)



gif

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout