NOUVELLE-CALEDONIE




Bon à savoir

Un voyage en Nouvelle-Calédonie, île du bout du monde, laisse un souvenir impérissable à tous les voyageurs qui ont eu la chance d’y aller. L’île principale se nomme la Grande Terre, ou plus familièrement le Caillou, et fait 400 km de long. Mais ne croyez pas pouvoir les faire en une seule journée. Profitez-en donc pour prendre votre temps et explorer les beautés naturelles qui jalonnent la Grande Terre. Votre voyage en Nouvelle-Calédonie commence à Nouméa, une ville animée qui regorge d’activités en tous genres. En remontant vers le nord, vous pénétrez dans la brousse calédonienne, le pays des cow-boys et des tribus kanak. Poursuivez votre route vers Bourail, intéressante à la fois pour son patrimoine bâti et ses sublimes plages et fonds marins.

Quittons la côte ouest pour rejoindre la côte est et plus particulièrement Hienghène dont les formations rocheuses sont empreintes de légendes. Si vous êtes un kayakiste aguerri, à vous la découverte en pleine mer de la côte oubliée et de ses paysages marqués. La Nouvelle-Calédonie possède plusieurs espèces végétales et animales endémiques que vous pouvez observer lors de randonnées dans le parc provincial de la Rivière Bleue ou dans la réserve naturelle de la Madeleine. La Nouvelle-Calédonie se définit aussi par ses îles paradisiaques. L’île des Pins, Lifou, Ouvéa ou Maré, laquelle vous fera succomber ?



INFOS PRATIQUES AVANT DE PARTIR


Formalités

Formalités d'entrée

- Si vous êtes français ou ressortissant de tout autre pays de l’Union européenne, il faut présenter un passeport en cours de validité. La carte d'identité ne suffit pas, d'autant que, dans tous les cas, le passeport sera nécessaire du fait des escales (aux États-Unis ou en Asie) entre la métropole et ce territoire d'outre-mer.

En cas d'escale sur le territoire américain (à Los Angeles par exemple), il est impératif de répondre aux formalités d'entrée aux États-Unis. Il faut ainsi vérifier que son passeport répond aux normes américaines, et faire une demande d'ESTA, même s'il s’agit d’une simple escale.


- Pour les Suisses et les Canadiens, le passeport est également nécessaire. Pour les Suisses, il doit avoir une validité supérieure d’au moins 3 mois après le départ de Nouvelle-Calédonie, et pour les Canadiens, au moins 6 mois après le départ. Il doit aussi contenir au moins 2 feuillets vierges, et avoir été délivré depuis moins de 10 ans. Il faut pouvoir justifier de ses moyens de susbistance sur place (carte bancaire ou espèces), et présenter une garantie de rapatriement (billet d'avion retour, attestation d'assurance voyage).

- Pour tout séjour de plus de 90 jours, un visa sera requis.



Langues officielles
Le français est la langue officielle et d'usage courant en Nouvelle-Calédonie, avec de savoureuses expressions locales que vous goûterez lors de votre séjour ! Les langues kanak sont également très présentes sur l’ensemble du pays.

Les langues kanak sont d'origine austronésiennes. Elles sont actuellement au nombre de 28, auxquelles on peut ajouter 11 dialectes. L'immense majorité des Kanaks continue de parler la langue pratiquée dans sa région d'origine.




Electricité :

Vous partez en voyage en Arménie? Vérifier si vous aurez besoin d’un adaptateur électrique ou d’une multiprise de voyage.

  • Adaptateur électrique: Non

  • Prise: Type F

  • Voltage: 220 V

  • Fréquence: 50 Hz

Voltage et fréquence

Le voltage 220 V est différent en Nouvelle-Calédonie et est plus bas qu’en France (230 V), mais ceci ne pose pas de problème. Les fabricants ont tenu compte de la différence (tolérance). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils. En cas de doute, contrôlez les. Les chargeurs de tablette, de portable, appareil photo, téléphone portable, brosse à dent électrique sont presque tous utilisable en en Nouvelle-Calédonie. Ils comportent cette mention: 'INPUT: 100-240V, 50/60 Hz'.

Les prises électriques

En Nouvelle-Calédonie ont utilise des prises de type F. En Nouvelle-Calédonie vous n’avez pas besoin d’un adaptateur. Ces prises de courant sont compatibles avec les fiches mâles de vos appareils. Prise type F peut être utilisée aussi avec la fiche mâle C et E.




Monnaie & change

La monnaie locale est le Franc Pacifique, ou Franc CFP et dont la parité est fixée sur l’Euro. Les autres monnaies (dollar, livre…) sont soumises au taux de change international

Quelles sont les valeurs des billets et pièces locales ?

Depuis janvier 2014, de nouveaux billets sont entrés en circulation. Contrairement à la zone Euro où cohabitent à la fois les Euros et les centimes d'Euros, seul le Franc a cours localement.

  • Les billets en circulation : 10 000 F - 5 000 F - 1 000 F - 500 F

  • Les pièces en circulation : 100 F, 50 F, 20 F, 10 F, 5 F, 2 F, 1 F

Où obtenir des Francs Pacifique ?

À moins de vous rendre à la Banque de France, vous ne trouverez pas de Francs Pacifique en métropole, et encore moins dans les autres pays.

Inutile donc de vous compliquer la vie : retirez du liquide à votre arrivée à l'aéroport dans les distributeurs de la BNC et de la BCI (si vous possédez une carte de retrait) ou dans le bureau de change BCI, ou aux abords de la Gare maritime si vous êtes un croisiériste.

En cas de change, la présentation d'une pièce d'identité est obligatoire. Frais de commission variables selon les enseignes.

La plupart des enseignes bancaires de Nouméa possèdent des guichets de change dans leurs établissements au centre ville, ouverts, sauf exception, du lundi au vendredi de 7h30 à 15h45. Certaines agences opèrent également le change en brousse.

Il existe enfin des changeurs de devises extérieurs disponibles H24 :

  • BNP - 111 promenade Roger Laroque, Anse Vata, Nouméa

  • BCI - 55 promenade Roger Laroque, Baie des Citrons, Nouméa

  • BCI - 20 rue Anatole France, Centre Ville, Nouméa

  • BNC - Devant le casino Johnston, quai Jules Ferry, Nouméa

Oubliez les Chèques de voyage

Les chèques de voyage, ou Travellers Cheques, ne sont plus acceptés dans les établissements bancaires du territoire.

Paiement par carte

Les cartes VISA et MASTERCARD sont très largement acceptées chez les commerçants. Veillez cependant à conserver du liquide avec vous si vous vous rendez en brousse (en dehors du grand Nouméa) ou sur les Îles (Loyauté, Île des Pins).

L'usage de l'AMERICAN EXPRESS est plutôt répandu sur le territoire. Il n'existe par contre aucune possibilité de retrait avec une carte AMERICAN EXPRESS.



Circuler en Allemagne

En avion : Ceux qui sont pressés par le temps pourront profiter d’un réseau étendu, fiable et sûr, reliant les villes de tout le pays.


Principale compagnie du pays, Air New Zealand couvre la majeure partie du territoire. Elle assure les trajets moins fréquentés via Air New Zealand Link, sous-branche du groupe. Basée en Australie, Jetstar relie les principales agglomérations. Les îles les plus éloignées, comme Great Barrier Island dans le golfe de Hauraki Gulf, Stewart Island et les Chathams, sont desservies par plusieurs petits transporteurs régionaux. Il existe aussi de nombreuses compagnies, non listées ici, effectuant des survols panoramiques ou louant des appareils.


En bateau : Malgré son caractère insulaire, le pays compte peu de liaisons maritimes longue distance. Parmi les exceptions : les liaisons entre Auckland et plusieurs îles du golfe de Hauraki, celles inter-îles via le détroit de Cook entre Wellington et Picton, et le ferry de passagers traversant le détroit de Foveaux entre Bluff et Oban sur Stewart Island. Si vous en avez les moyens, des paquebots longent les côtes de la Nouvelle-Zélande dans le cadre de croisières dans le Pacifique Sud. P&O Cruises figure parmi les principales compagnies.


En Bus : Simples et bien organisés, les services de bus permettent d’atteindre les sites les plus éloignés (tels les points de départ de sentiers de randonnée), mais les trajets peuvent s’avérer chers, longs et fastidieux. InterCity, la principale compagnie, rejoint presque tous les coins des deux îles, avec des tarifs à partir de 1 $ (!). InterCity possède dans l’île du Sud une filiale appelée Newmans Coach Lines, qui opère entre Queenstown, Christchurch et les glaciers de la côte ouest. Des bus-navettes privés peuvent conduire les voyageurs aux points de départ des randonnées, ou les récupérer à la sortie d’un trek. Réservation indispensable.



Transports en commun

Bus, train et tram

Le réseau de bus des villes principales est assez développé mais, à quelques exceptions près, il se limite à des services en semaine et de jour. Le week-end, les liaisons sont rares, voire inexistantes, hormis des bus de nuit pour les vendredis et samedis soir arrosés.

Les bus Link et le City Circuit (gratuit) facilitent les déplacements dans le centre-ville d’Auckland. Le centre-ville de Hamilton se parcourt aussi en bus, tout comme il existe à Christchurch des bus et un tramway d’époque. Ne comptez pas sur la présence d’un réseau de bus locaux dans les endroits plus isolés. Seules Auckland et Wellington bénéficient d’une desserte ferroviaire acceptable, soit respectivement 4 et 5 lignes de trains de banlieue.


En train : En Nouvelle-Zélande, voyager en train est un plaisir en soi, et on ne se préoccupe pas d’arriver vite. Great Journeys of New Zealand (0800 872 467, 04-495 0775) gère 4 lignes, détaillées plus bas. Mieux vaut réserver sur Internet ou par téléphone, mais vous pouvez le faire directement auprès de Great Journeys of New Zealand (supervisé par KiwiRail), ou dans la plupart des gares ferroviaires, des agences de voyages et des centres d’information des visiteurs. En ligne, les tarifs sont plus bas si vous réservez depuis la Nouvelle-Zélande. Aucune liaison avec couchettes.



En taxi : Pourvus d’un compteur et généralement dignes de confiance, les taxis abondent dans les grandes villes et il existe souvent un service local dans celles de moindre importance.



En Vélo : Les cyclotouristes abondent, surtout en été. Le pays est verdoyant et riche en cours d’eau, il n’y a pas trop de monde et les hébergements bon marché (dont les campings) ne manquent pas. Il possède des routes plutôt bien entretenues et un climat adapté. La circulation constitue le danger majeur : les camions vous frôlent en doublant. Vélo et accessoires sont faciles à louer et à acheter dans les grandes villes, et les boutiques d’entretien et de réparation ne sont pas rares. Le port d’un casque homologué est obligatoire (les contrevenants encourent une amende) et il importe d’avoir des équipements réfléchissants.


En Voiture et moto

Pour explorer la Nouvelle-Zélande en profondeur, mieux vaut être véhiculé. Il est facile de louer une voiture ou un campingcar. Autrement, si votre séjour dure quelques mois, vous pourrez envisager d’acquérir votre propre véhicule.




Santé

Aucun vaccin n'est obligatoire, mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccinations universelles (DTCP, hépatite B), et éventuellement d'être vacciné contre la typhoïde et l'hépatite A.


L’équipement sanitaire est d’un excellent niveau. On trouve des hôpitaux publics à Nouméa, Poindimié et Koumac, sur Grande Terre. En brousse, on s'adressera plutôt à des dispensaires et des médecins privés.


Entre décembre et avril, les moustiques sévissent et peuvent transmettre la dengue, qui nécessite une consultation médicale. Protégez-vous avec des répulsifs. Hormis la dengue, transmise par une variété de moustique diurne dont il faut se protéger à la saison chaude avec des répulsifs, aucune maladie tropicale majeure n’est à signaler. Le paludisme n’existe pas en Nouvelle-Calédonie.


À la plage, attention aux coupures de coraux, mais aussi à certains poissons et coquillages venimeux. On sortira donc chaussé.

Au restaurant, attention à la ciguatera (ou « gratte »), une maladie toxique transmise par certains poissons des mers tropicales.

Les ressortissants de l’Union européenne sont couverts par la sécurité sociale, comme en France. Cependant, il peut être avantageux de contracter une assurance de voyage qui couvrira, entre autres, vos soins de santé et votre rapatriement éventuel.



Téléphonie et internet

Téléphone

- Depuis la France vers la Nouvelle-Calédonie : 00 (international) + 687 (indicatif de la Nouvelle-Calédonie) + numéro du correspondant. - Depuis la Nouvelle-Calédonie : 00 + 19 + indicatif du pays (33 pour la France, 32 pour la Belgique, 41 pour la Suisse).

- Téléphone mobile : l'OPT ayant passé des accords de roaming avec Orange, SFR et Bouygues Télécom. Il est possible d’utiliser son portable métropolitain, mais attention à la note salée ! Rrenseignez-vous bien avant sur les coûts. Le mieux est d’acheter une carte « Liberté » à l’office des postes et télécommunications de Nouméa. Valable 90 jours, cette carte SIM créditée d’un nombre de minutes limitées est à insérer dans votre portable pour vos appels locaux ou internationaux.

- Carte téléphonique prépayée : en vente dans les bureaux de poste, de tabac et dans les supermarchés.

- Renseignements téléphoniques : 10-12 (gratuit).


Internet

Les hôtels et certains cafés de Nouméa sont équipés en wifi. En dehors de Nouméa, on trouve peu de cybercafés.

Quant au réseau internet, il tend à s'améliorer.



La meilleure période pour partir

En fonction de vos envies et des expériences que vous souhaitez vivre, un voyage en Nouvelle-Calédonie est possible quelle que soit la saison. En effet, ce territoire d'outre-mer ne connaît qu'une vingtaine de jours par an sans soleil. Bienvenue au paradis !

Avec son climat océanique de type tropical, on distingue deux saisons principales en Nouvelle-Calédonie :

  • la saison chaude : aussi appelée été austral, elle s'étend de mi-novembre à mi-avril.

  • la saison sèche : elle débute en mai pour se finir en septembre, voire en octobre.

Si l'on devait définir la meilleure période pour partir en Nouvelle-Calédonie, on tiendrait également compte des mois d'affluence. Si vous n'aimez pas la foule, il est donc conseillé d'éviter les vacances scolaires locales (en décembre et janvier), ainsi que juillet et août. Pendant ces périodes, les prix des billets d'avion s'envolent et les touristes sont en nombre.

Mais si vous êtes amateur de manifestations culturelles, c'est la saison des baleines qu'il faut privilégier. En juillet et août, la Nouvelle-Calédonie accueille de nombreux festivals et spectacles : musique, arts de rue, théâtre… vous aurez l'embarras du choix pour mieux connaître la culture locale !

Si votre budget est limité, il peut être intéressant de voyager en basse saison, soit en février et juin. Malgré quelques courts épisodes pluvieux, vous pourrez pleinement profiter du lagon, la température de l'eau de la mer étant agréable toute l'année. De plus, le prix des billets d'avion est plus raisonnable, tout comme les tarifs des hôtels et pensions sur place.

Côté vent, la Nouvelle-Calédonie bénéficie d'Alizés constants à toutes les saisons. Soufflant majoritairement du Sud-Est et de l'Est, ils apportent une brise qui rafraîchit l'atmosphère et fait le plus grand bonheur des amateurs de sports de glisse aquatique.


Décalage horaire

Ajouter 9h par rapport à l’heure d’été et 10h en hiver (de fin septembre à fin mars). Ainsi, lorsqu’il est midi à Paris, il est 21h à Nouméa en été et 22h en hiver.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout