TOP ACTIVITES CHINE - Chengde






Découvrir Chengde

Chengde est une ville de la province du Hebei située à environ 230 km de Pékin. Considérée comme l'une des dix villes culturelles et historiques du pays, Chengde est composée d'un ensemble de sites touristiques et de vestiges remarquables.

Pour tous les amateurs d'histoire ou les grands curieux, Chengde est une destination à ne pas manquer lors d'un voyage autour de Pékin.






Avion

Il n'existe pas d'aéroport à Chengde mais celui de Pékin se trouve à environ 150 Km.

Train

Des trains assurent une liaison régulière entre Pékin et Chengde. Il existe également des correspondances avec les villes de Tianjin, Dandong et Shenyang.

Bus

Depuis Pékin, des bus relient Chengde toutes les heures.

Des bus depuis Tianjin et Qinhuangdao ainsi que d'autres villes de la région rejoignent Chengde.


Visiter Chengde: Nichée au cœur de jolies vallées verdoyantes, Chengde est aujourd'hui une ville moderne abritant toujours les vestiges d'un passé paisible et glorieux. Au départ de Pékin, Chengde peut faire l'objet d'une excursion de 2 jours.

La résidence de Montagne, souvent comparée au palais d'été de Pékin, est un complexe inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Construit à l'époque pour échapper à la chaleur écrasante de la capitale, la résidence est comptée comme étant le plus grand déploiement de palais et de jardins impériaux en Chine. Ce vaste domaine vaut à lui seul le déplacement jusqu'à Chengde. Parsemé de pavillon, de temples, de jardin et de points d'eau, le hameau de montagnes est un véritable havre de paix et l'on comprend très vite l'intérêt que les empereurs de l'Empire du milieu avaient à venir s'y reposer. Le long des murs nord et est de la résidence de Montagne, les Huit temples de l'Extérieur se dressent majestueux et dévoilent une architecture peu commune à ce que l'on connait des temples religieux.



Chengde : Les incontournables

Les pandas géants

Observer un panda géant, le symbole national, est un incontournable si vous prévoyez de visiter Chengdu et ses alentours. Mais bien que la province du Sichuan abrite la plus grande concentration de pandas sauvages du monde, vos chances d’en voir un dans son habitat naturel sont infimes.

L’un des meilleurs endroits pour apercevoir à coup sûr ces animaux menacés d’extinction est la base de recherche et de reproduction de Chengdu. Situé à une quinzaine de kilomètres au nord de la ville, ce centre est depuis 1987 un lieu important pour la protection des pandas géants et pandas roux du pays. Quelques conseils : prévoir une visite dans la matinée, moment où les pandas sont nourris et donc actifs, respecter les animaux et les règles du centre, et garder en tête que la plupart des voyageurs qui viennent visiter Chengdu sont là pour cette raison, vous ne serez donc pas seuls ! Le site est accessible en bus, métro ou taxi, et se visite avec ou sans guide.




 

Un Opéra du Sichuan au Shufeng Yayun

L'Opéra du Sichuan est l'un des opéras les plus connus de Chine après celui de Pékin. Dans un style particulier, les acteurs font revivre les personnages épiques des Trois Royaumes et remettent au goût du jour le passé de la capitale du royaume Shu, Chengdu. Le changement de visages, en plus de la pièce comique et du crachement de feu est tout à fait remarquable.


L'opéra du Sichuan est assez divertissant. Les sujets abordés cherchent plus à divertir que l'opéra traditionnel. Ancien de plusieurs centaines d'années, les centaines de pièces du répertoire de l'Opéra du Sichuan lui ont valu la maxime « 3 000 histoires des Tang, 800 contes des Song, et une infinité d'anecdotes des Trois Royaumes ». L'opéra du Sichuan est en effet très friand des histoires épiques de l'ancienne période des Trois Royaume, surtout puisque Chengdu en fut l'une des capitales.

A l'Opéra du Sichuan, retrouve généralement quatre personnes sur scène : le rôle féminin, le rôle principal masculin, le clown et l'aventurier. Les personnages se distinguent par les couleurs qu'ils portent ; le rouge étant apparenté à la loyauté et au courage, le jaune à la perspicacité, le blanc à la ruse et le noir à la force ou à l'intégrité.





 

Kuan Zhai Alleys et Jinli Road

Situé dans le centre-ville de la ville de Chengdu, Kuanzhai Alley (宽窄巷子),ou Wide & Narrow Alleys, se compose de Kuan Alley (Wide Alley), Zhai Alley (Narrow Alley) et Jing Alley. Les trois rues sont la partie gauche des bâtiments après le chaos de la guerre sous la dynastie Qing (1636-1912). Conservant toujours l’aspect original depuis des centaines d’années, Kuanzhai Alley a attiré des millions de touristes par les bâtiments typiques de l’ancien style Qing de la cour quadrangiforme, les collations locales de Chengdu, la vie du vieux Chengdu, etc. De plus, les bars à la mode avec de nombreux jeunes chanteurs et divers restaurants abondent dans Kuanzhai Alley, ce qui fait de cet endroit une combinaison de culture traditionnelle chinoise et de vie moderne.


meilleur initinéraire pour découvrir Kuanzhai Alley :

Promenez-vous le long de l’allée Kuan pour découvrir la vie du vieux Chengdu et profiter des cours de style ancien. Ensuite, promenez-vous dans Zhai Alley pour apprécier les bâtiments spéciaux de styles de mélange et ressentez la vie lente dans Kuanzhai Alley, puis allez à Jing Alley pour voir les vieilles photos de Chengdu et goûter des collations locales le long de la rue. (Pendant environ 1-2 heures)




 

Les spécialités culinaires

Plus généralement, la cuisine du Sichuan fait partie des grandes cuisines de Chine, et Chengdu a récemment été nommée capitale de la gastronomie. Vous l’aurez compris, il est inconcevable de visiter Chengdu sans y goûter ses spécialités culinaires. Au menu ? Chuanchuan Xiang et Huoguo (fondues chinoises), Mapo Doufu (tofu mijoté au piment et viande hachée), nouilles Dandan, Gongbao Jiding (poulet épicé à la cacahuète), Tang You Guo Zi (snack sucré à base de riz gluant)…


Attention, palais sensibles s’abstenir : la cuisine sichuanaise est réputée pour ses plats savoureux… et très épicés !




 

Les temples

L’histoire de Chengdu remonte à plus de 2300 ans, c’est pourquoi la ville regorge de monuments historiques. Si vous aimez les vestiges de l’histoire ancienne et l’architecture, vous serez ravis de visiter les plus beaux temples de la ville. !


1 - Le monastère Wenshu – 文殊院

Construit sous la dynastie Tang (618-907), le monastère de Wenshu était autrefois appelé temple Xinjiang. C’était un des foyers des moines bouddhistes de la province du Sichuan. Au cours des guerres de la dynastie Ming (1368-1644), le temple fut détruit.

Selon la légende, un grand incendie emporta entièrement le monastère et seules 10 statues de métal doré représentant des dieux et les 2 vieux arbres encore présents restèrent intacts. En 1681, un moine bouddhiste du nom de Cidu arriva aux monastère en ruines et y construisît une petite hutte pour y pratiquer l’ascétisme. On raconte qu’après sa mort, lors de sa crémation, les étincelles rouges des flammes formèrent l’image du bouddha Maitreya (bouddha bienveillant), ou la silhouette de Wenshu. C’est suite à cette apparition que le monastère prit le nom qu’on lui connait aujourd’hui. Entre 1697 et 1706, grâce aux donations d’officiers de l’armée et de civils, le monastère fut reconstruit.

2 - Le temple Wuhou – 武侯祠

De 220 à 265, les Trois Royaumes, Shu, Wei et Wu, combattaient pour tenter de remporter le pouvoir sur tout le territoire chinois. La zone autour de la vieille ville de Chengdu appartenait au royaume de Shu, qui était dirigé par le premier empereur Liu Bei et géré par son conseiller militaire Zhuge Liang.

Après la mort de leurs chefs, les royaumes de Wei et de Shu tombèrent, puis la dynastie des Jin fût crée en 265. Quelques années plus tard, le royaume de Wu disparu à son tour, mettant fin à cette période charnière de l’histoire de Chine.

Après la mort de Zhuge Liang en 230, le temple de Wuhou fût petit à petit converti en mémorial rendant hommage aux Trois Royaumes, à Liu Bei et à son célèbre stratège. Le temple fût nommé d’après le titre de « marquis de Wu » (Wuxiang Hou) qui fût accordé à Zhuge Liang de son vivant.


3 - Le temple Qingyang – 青羊宫

Selon la légende, Laozi (老子), le mythique fondateur du taoïsme, serait apparu à cet endroit sous la forme d’un jeune berger avec deux chèvres. À la suite de cette apparition, on construisit sur cet emplacement un temple taoïste. À l’entrée du temple Qingyang se trouvent donc deux chèvres, l’une à l’apparence normale et une autre plus étrange, dont les différentes parties du corps combinent les 12 animaux du zodiaque chinois. On dit que toucher ces statues de chèvres permet de guérir les maladies et de soulager la douleur.

Fondé au début de la dynastie Tang (618 -907), époque florissante pour le taoïsme, le temple a dû être réparé et reconstruit de nombreuses fois au cours des siècles. Les bâtiments actuels datent pour la plupart de la dynastie Qing (1644-1911).



 

La chaumière de Du Fu

La chaumière du poète Du Fu est une ancienne demeure située dans la banlieue ouest de Chengdu dans le Sichuan. La chaumière est devenue un musée et un mémorial du célèbre poète Du Fu, grand artiste de la Chine ancienne.


Du Fu est l’un des poètes les plus célèbres de la Chine ancienne. Le poète vécu à l’époque de la dynastie des Tang de 712 à 770. Il commença à écrire des poèmes pour raconter un peu la misère qu’il vivait et celle du peuple.

Après plusieurs échecs, il réussit enfin à obtenir un poste de fonctionnaire de la cour des Tang à Chang’an mais fut très vite contraint de quitter la ville avec la rébellion de An Lushan qui éclata à Chang’an. Il s’exila ensuite à Chengdu en 760 où devint secrétaire du gouverneur du Sichuan. Il s’installa pendant 5 ans dans une petite chaumière où il écrivit près de 250 poèmes.

La chaumière fut détruite par les guerres et reconstruite quelques années plus tard à l’identique avec de un splendide jardin par des admirateurs.




 

People’s Park

Le parc du peuple de Chengdu est situé sur Shaocheng Road, dans le centre-ville. Construit en 1911, le parc couvre une superficie totale de 112 639 mètres carrés (134 715 mètres carrés). C’est un parc complet qui intègre la préservation du patrimoine au divertissement.


Il y a beaucoup de sites pittoresques célèbres dans le parc du peuple, y compris le ruisseau Gold Water, l’île Goldfish et le jardin paysager en


pot. En plus d’apprécier le paysage charmant, les touristes peuvent naviguer sur le lac artificiel, boire du thé dans le salon de thé au bord du lac et regarder toutes sortes d’expositions et de spectacles sur la place rockery. Le spectacle de chrysanthème et le salon de thé de la grue chantante sont honorés par le temps et connus dans le monde entier. Les gens seront détendus et ravis ici.


 

Les maisons de thé traditionnelles

Lieux de rencontre et d'échange, les maisons de thé sont depuis des siècles au cœur de la vie sociale de nombreux Chinois. Contrairement à ce que l'on pourrait croire au premier abord, les Cha Guan (茶馆), ou maison de thé, ne sont en Chine que rarement des lieux de dégustation qui proposeraient des thés d'exception et où le "Gong fu" serait de rigueur, et les salons de thé chinois ne sont pas sans rappeler nos cafés français !


On s'y retrouve, discute, on y prend rendez vous, on y lit le journal et commente l'actualité. Avant la généralisation de la télévision et des journaux ces salons de thé étaient d'ailleurs le lieu de prédilection ou s'échangeaient et circulaient informations, actualités et ragots. Certains passent ainsi leur journée dans les salons de thé, notamment les personnes âgées qui s'y retrouvent jour après jour devant un gaiwan ou une partie de mahjong.



 

Le village de Huanglongxi


En excursion d’une demi-journée ou lors d’un arrêt sur la route de Leshan, Huanglongxi est un village ayant plus de 900 ans d’histoire au bord de la rivière Huanglong. La rive se prête agréablement à la dégustation d’une tasse de thé ou d’un plat de poisson local au son de l’Erhu, guitare à deux cordes jouée par quelques musiciens de rue.L’ancien temple occupé par les personnes âgées du village compterait des Bannians de 1800 ans et fut le décor de nombreux films d’époque. Des échoppes vendent produits locaux et souvenirs classiques dans les ruelles de la « nouvelle vieille » ville, concept chinois très en vogue. Ne pas manquer le chapeau de tiges et fleurs tressées (selon la saison)


 

Le New Century Global Center

Le New Century Global Center est un bâtiment multifonction situé à Chengdu en Chine.

Aujourd’hui il est le plus vaste bâtiment au monde avec 1,7 million de mètres carrés (170 hectares) de surface totale ! Plusieurs hôtels, cinémas, théâtres, centres commerciaux, parcs d’attractions, des boutiques de luxe pour la plupart, 400 000 m² sont réservés aux produits haut de gamme. Mais aussi, une patinoire, des bureaux, un complexe universitaire, un village méditerranéen, et même un bateau pirate pour les plus jeunes ! Plus une plage artificielle avec de gigantesques toboggans bordant une immense étendue d’eau douce; le tout abrité par une monumentale verrière.

C’est le numéro un chinois, Xi Jinping, en présence de patrons de multinationales de toute la planète, qui l’a inauguré avec faste en juin 2013.

On peut rester bouche bée devant la réalité des dimensions : 100 mètres de hauteur, pour un côté de 500 x 400 mètres, même si il est difficile d’imaginer une telle démesure.

Un toit ondulé, évoquant une vague… Ici on est à des milliers de kilomètres de toute mer ou océan mais les habitants peuvent alors imaginer le flux et le reflux.



 

Le mont Qingcheng et le système d’irrigation de Dujiangyan

Le mont Qingcheng, qui domine les plaines du Chengdu au sud du système d’irrigation de Dujiangyan, est célèbre dans l’histoire de la Chine car c’est là, en 42 après J.-C., que le philosophe Zhang Ling fonda la doctrine du taoïsme chinois. La plupart des éléments essentiels de la culture taoïste s’incarnent dans les enseignements religieux qui émanèrent des temples construits sur la montagne durant les dynasties Jin et Tang. Le mont Qingcheng a retrouvé sa place de centre intellectuel et spirituel du taoïsme au XVIIe siècle. Les onze grands temples taoïstes de la montagne reflètent l’architecture traditionnelle de l’ouest du Sichuan. Parmi eux figurent les temples d’Erwang, de Fulong et de Changdao, ce dernier ayant été construit à l’endroit où prêchait Zhang Ling, ainsi que le palais de Jianfu (autrefois nommé temple de Zhangren).



 

Le Grand Bouddha de Leshan et le Mont Emei


Le Grand Bouddha de Leshan tient sa réputation de par ses dimensions incroyables. En effet, ce Bouddha en position assis, qui a été taillé dans la paroi rocheuse de couleur rouge sur le flan de colline et tourné face à la rivière, arrive à atteindre jusqu'à une hauteur de 71 mètres. Sa tête, qui est décorée par plus de 1000 petits chignons de cheveu enroulés, mesure à elle seule un peu plus de 14 mètres de haut. Le visage est composé de deux yeux qui font chacun environ 3 mètres de long, et des oreilles mesurent quant à elles 7 mètres chacune. La largeur maximale de la statue, qui se situe au niveau des épaules est de vingt huit mètres. Les mains sont posées sur les jambes et à l'extrémité de chacune se trouvent de longs doigts dont le majeur fait 8 mètres.

Mais le Bouddha de Leshan n'étonne pas seulement de par son esthétisme, mais aussi par l'ingéniosité lors de mise en oeuvre pour sa conception. En effet, la statue contient un système de drainage dissimulé qui lui permet de se défaire d'éventuels problèmes d'érosion naturelle. L'énorme quantité de matériaux extraite de la falaise lors de l'élaboration de la statue a été déposée dans le fleuve, ce qui a eu pour effet de changer les remous du cours d'eau, permettant ainsi aux bateaux qui y naviguent d'avoir un passage plus sûr et moins mouvementé.



Découvrez toutes les activités à Chengde

 


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout