TOP ACTIVITES LADAKH - Leh






Découvrir Leh

Leh est non seulement la capitale du Ladakh mais aussi le centre des activités économiques. Au fil des ans, Leh est également devenue le centre du secteur du tourisme au Ladakh. La multiplication des hôtels, guest houses, restaurants et autres établissements commerciaux dans la ville de Leh montre à quel point le tourisme a connu une croissance exponentielle au cours des dernières décennies.

La transition de l'agriculture vers le secteur du tourisme a été tout simplement spectaculaire car on dit qu’aujourd’hui, plus de 70% des habitants de la ville de Leh dépendent du tourisme pour leur subsistance.

Et même si la ville est devenue le pôle commercial de la région, Leh a une histoire mémorable à partager avec les touristes. Se promener dans la ville, c'est comme se promener dans le passé lorsque les rois de la dynastie Namgyal ont régné sur ce royaume himalayen pendant près de quatre siècles. Du vaste palais de Leh au fascinant et tranquille Shanti Stupa, en passant par le mystérieux Namgyal Tsemo, la ville de Leh est en effet le cœur de la glorieuse histoire du Ladakh.


Découvrez toutes les activités à Ladakh




 

LEH: Les incontournables


Vieille ville & bazar

Découvrir Leh s'effectue par petites touches, d'abord parce que vous êtes à plus de 3000 mètres d'altitude, qu'un dénivelé important sépare le bas de la ville - où s'élève une église catholique et où s'arrondit le dôme du futur siège provincial - du quartier supérieur de Sankar, ensuite parce que ce n'est qu'à pied que vous pourrez goûter aux charmes des recoins de la cité. Sur la colline, au pied de l'ancien palais royal, crapahute la vieille ville. Des ruelles étroites s'enfoncent fréquemment en de curieux passages couverts sous des habitations. De tortueux escaliers escaladent les rochers.


En longeant le ruisseau on se retrouve vite dans la campagne et les écolières ont fini leurs cours...


Le marché principal (bazar) de Leh mélange les espaces publics et les zones commerçantes. Le marché principal de Leh a fait l’objet d’un important processus d'embellissement qui a permis de le rendre complètement piétonnier. Le quartier du marché principal est parsemé de magasins d'antiquités, de librairies, de restaurants et de cafés.


Palais de Leh

Perché sur une colline, ce palais du 17ème siècle construit par le roi Singey Namgyal est connu sous le nom de Lechen Palkhar ou Palais de la Victoire. Le colossal bâtiment de neuf étages fait la fierté des habitants de la ville de Leh. Le palais (ou Khar en Ladakhi) a été abandonné au milieu du 19ème siècle quand la famille royale s’est installée à Stok suite à l'invasion de l'armée Dogra.

Le palais de Leh est connu pour ses techniques d'ingénierie uniques telles que l'utilisation de la méthode traditionnelle du pisé pour ériger les murs du palais et des monastères qui se dressent encore aujourd'hui. Le palais a été repris par l'Archaeological Survey of India (ASI) en 1991 et le processus mis en œuvre pour la rénovation permit de réparer la structure. Aujourd'hui, le palais de Leh est l'un des monuments les plus visités du Ladakh. La vieille ville de Leh, les monastères et les maisons construites autour du palais représentent le riche patrimoine culturel du Ladakh.


Gompa Soma (Chokhang)

Le Gompa Soma ou Chokhang Vihara est un temple situé au cœur de la ville en face de la succursale principale de la State Bank of India. C'est le siège officiel de l'Association bouddhiste du Ladakh, une organisation religieuse qui œuvre pour l'amélioration du Ladakh. La salle de prière abrite un Bouddha couronné (Jowo Rinpoche), une statue de Padmasambhava et de nombreuses autres statues finement décorées. Il est toujours ouvert aux visiteurs et le meilleur moment pour s’y rendre est le matin pendant la prière des moines. La célébration du Losar (Nouvel An ladakhi) commence par le hissage des drapeaux de prière au Chokhang Vihara. Les mois saints du calendrier tibétain sont marqués par une grande congrégation de fidèles qui prient pour la paix et l'harmonie dans le monde.



Les mosquées de Leh

Le royaume du Ladakh, coincé entre le Tibet bouddhiste et le Cachemire musulman, a vu, depuis longtemps, les deux communautés s'installer dans la ville de Leh. Si la région est dominée par les monastères bouddhistes, à Leh, deux mosquées pointent, vers l'azur, leur blanc minaret, coiffé pour la plus petite du vert de l'islam. La communauté des commerçants cahemiri est toujours vivace, d'autant plus que l'e développement touristique crée de nouveaux chalands. Les deux mosquées se situent en bas de la vieille ville de Leh. Celle qui domine "Main Street", œuvre de l'empereur moghol Aurangzeb, est d'ailleurs en voie d'agrandissement.



Gompa de Namgyal Tsemo

Construit sur le pic (Victory Peak) qui surplombe la ville, Namgyal Tsemo est un vieux fort construit par Tashi Namgyal, l’un des prédécesseurs du roi Singey Namgyal, au milieu du 16ème siècle. Bien que le fort ne soit plus habité, ses temples, principalement le gon-khang (temple principal), sont visités par les habitants pour demander les bénédictions des dieux et des déesses. La légende raconte que le roi Tashi Namgyal, après avoir vaincu l’armée mongole, a déposé leurs cadavres sous les pieds des divinités. Le gon-khang posséde des statues voilées de divinités protectrices. Le monastère de Namgyal Tsemo construit en 1430 en briques de boue, abrite une statue de 8 mètres de haut du Bouddha Maitreya (futur Bouddha). Du gompa de Namgyal Tsemo, on a une vue panoramique magnifique de la ville de Leh.



Gompa de Sankar

Le gompa de Sankar est l'une des branches du monastère de Spituk appartenant à l’ordre Gelugpa (la lignée des bonnets jaunes) qui a été fondé au 14ème siècle par Djé Tsongkhapa. C'est la résidence de l'abbé de Spituk, le vénérable Kushok Bakula Rinpoche, décédé en 2003. La salle de prière principale présente un portrait de Kushok Bakula Rinpoché. Le monastère possède d'impressionnantes statues et thangkas dans le Dukhang et le Dukar Lhakhang (résidence des divinités). Le gompa est le lieu de résidence de 20 moines.



Shanti Stupa

Ce stupa blanc situé sur une butte rocheuse au-dessus de Changspa a été construit entre 1983 et 1991 par des moines japonais comme symbole de paix et d'unité. On dit que les reliques du Bouddha sont placées à la base du Shanti stupa qui a été consacré par Sa Sainteté le Dalaï Lama. La vaste plate-forme au pied du stupa offre une vue panoramique spectaculaire sur Leh et les montagnes environnantes. Le Shanti stupa est devenu l'un des endroits les plus visités de Leh. Les gens se rendent souvent au Shanti stupa tôt le matin pour y méditer. Les amateurs de fitness empruntent les quelque 500 marches d'escalier pour atteindre le Shanti stupa.



Les temples


Monastère Thikse

Thikse gompa est un endroit que l'on ne peut pas manquer si on vient au Ladakh. Photogénique en diable, ce monastère est à une portée de flèche de la ville de Leh. Il est assez proche de la vallée de l'Indus qu'il domine, en bord de la route vers Hémis, Tso Moriri ou Manali.


Les maisons s'étagent à qui mieux mieux et là-haut, sur une colline annexe, des drapeaux de prières flottent sur fond de monts de Zanskar. Bouddha est à l'honneur, raide mais bien pimpant dans sa "panoplie" polychrome. Les bonzes sont assez nombreux à Thikse. A mi-pente une rangée de chortens.


Monastère de Phyang

Phyang, comme tout monastère défensif, se dresse en haut d'une butte. Dans une ambiance calme et pastorale, le site, grandiose, appelle à l'élévation de l'âme. En contrebas du monastère qui étale sa façade au soleil, une arête rocheuse dresse une allée de blancs chortens ainsi qu'un long mur de pierres sculptées : les mani dont le nom vient de ce qu'elles portent, gravée, la prière rituelle "Om Mane-Padme-Um", marmonnée à longueur de journée. Selon le rite, je le contourne par la gauche. Le silence est profond : seuls quelques cris d'animaux. Là-haut, la silhouette pourpre d'un bonze se déplace devant le mur blanc d'une cellule.


Temple bouddhiste de Diskit, Vallée de Nubra

Diskit est un petit village de la vallée de la Nubra, au pied de son monastère. Le gompa apparaît comme un véritable nid d'aigle sur son piton rocheux.


Les moines sont accueillants et la visite du temple est des plus intéressantes. Les cellules semblent se bousculer pour dévaler la pente abrupte. De la terrasse du monastère, le panorama est magnifique sur la "Nubra Valley", patchwork de jaune, de verts et de mauve.


Gompa de Spituk

Leh, la principale ville du Ladakh n'abrite pas de communauté monastique. Le premier "gompa" se trouve à l'ouest : Spituk. Sur son éperon, il domine la vallée de l'Indus, large et fertile à ce niveau. De la salle de prières, décorée de fresques hautes en couleur, le panorama est splendide, l'horizon coiffé de sommets enneigés, et on comprend que, pour leur méditation, les bonzes tournent le dos aux fenêtres et se concentrent sur la statue de bouddha ! On visite librement la chambre du prieur, ému de pénétrer ainsi son intimité détentrice de livres sacrés. Au sommet du roc, un plus petit temple


Abrite d'antiques sculptures tandis que les drapeaux multicolores galopent sur les ailes du vent.


Le monastère d'Alchi

L'Indus coule tout près du monastère d'Alchi. Toujours fougueux, en pleine activité d'érosion, il charrie ses alluvions en ocres rouleaux. Alchi est le seul monastère du Ladakh qui ne soit pas sur un piton rocheux : c'est aussi le plus ancien. Le site est agréable. Trois temples : portes basses finement sculptées, ainsi qu'un beau porche, de bois lui aussi (XIème siècle). On peut accéder à un étage par une échelle de "meunier" taillée dans un tronc d'arbre entier ! Une curieuse tour de bois peint abrite un Bouddha ; derrière lui, une fresque aligne des figures qui ne sont pas sans évoquer certains grotesques de nos cathédrales. De ces fresques, riches de détails émane une émotion qui nous fait remonter plus de neuf siècles d'histoire...


Aux environs, les paysans moissonnent l'orge manuellement et les rayons du soleil couchant scintillent sur la crête moutonneuse des épis.


Monastère de Chemrey

Le monastère de Chemrey occupe un site magnifique. Fortifié comme tous les monastères de la région himalayenne, il se dresse sur un piton rocheux dominant une vallée fertile et sur fond de hautes montagnes. Au départ de Leh, il faut toujours avoir un permis pour se déplacer dans la région .


Toutefois, c'est le coup d'oeil d'ensemble qui vaut vraiment le détour, depuis la splendide vallée, une véritable image des lamas perchés depuis le 17ème siècle.


Temple de Sumur

Sumur est un petit lieu de résidence pour ceux qui viennent voir, par delà les cols himalayens, ce bout du monde qu'est la Vallée de la Nubra. On y trouve quelques chambres d'hôtes. Il ne faut pas manquer de se promener sur les chemins qui grimpent vers le temple bouddhiste. Certes, ce dernier n'est pas référencé comme un célèbre gompa ; néanmoins sa visite ne manque pas de charmes.


Curiosité : des moulins de prières avaient été faits de boîtes de conserves recyclées à cet usage !






1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout